Huawei ouvre un cinquième centre de recherche en France

L’entreprise chinoise Huawei, a annoncé l’ouverture d’un nouveau centre de recherche et développement en France, qui sera situé à Grenoble. Ce cinquième pôle de R&D sera dédié à la recherche sur les capteurs et le logiciel (parallel computing). Il devrait compter jusqu’à 30 chercheurs d’ici 2020.

 

Partager
Huawei ouvre un cinquième centre de recherche en France

16 ans après son arrivée, Huawei s’implante un peu plus en France. Le géant chinois des télécoms, premier fabricant mondial d’équipement d'équipements pour les opérateurs télécoms, qui a déjà des centres de recherche et développement à Boulogne-Billancourt, Paris et Sophia-Antipolis, a annoncé le 27 novembre 2018 ouvrir un nouveau centre, situé cette fois à Grenoble.

pôle de recherche et d’industrie international

Après la recherche sur les mathématiques, les algorithmes, le design ou encore le traitement du signal photo, la recherche française de Huawei s'étend. A Grenoble, elle va se porter sur les capteurs et le logiciel (parallel computing). Ouvrir ce nouveau site, qui devrait compter 30 chercheurs d’ici 2020, va porter à près de 200 le nombre de chercheurs Huawei en France.

En s’implantant à Grenoble, Huawei se rapproche d’un pôle de recherche technologique d’envergure internationale, où sont présentes des entreprises comme STMicroelectronics, premier partenaire technologique français de l’entreprise chinoise et un des plus importants constructeurs de semi-conducteurs au monde.

Plus largement, Huawei se rapprochera du Polygone scientifique grenoblois, la Presqu'île où se rejoignent industries, pôles de recherche internationaux et grandes écoles. En cela, l’entreprise s’offre la possibilité de travailler au plus près de cet écosystème qu’elle côtoie et avec lequel elle collabore régulièrement depuis plus de trois ans.

Premier groupe chinois en France

D’après Weiliang Shi, directeur général de Huawei cité dans le communiqué, l’ambition de l’entreprise de "proposer les meilleures briques technologiques à nos clients et partenaires (…) passe par des investissements constants en faveur de l’innovation et un engagement quotidien auprès du tissu économique français".


Cinq ans après avoir annoncé un plan d’investissement de 1,5 milliard de dollars en France, Huawei se félicite désormais d’être le premier groupe chinois en France, en termes d’emplois, avec plus de 950 collaborateurs présents au siège de Boulogne-Billancourt, plus de 170 chercheurs dans le pays et 50 brevets déposés tous les ans.


Chahuté par des suspicions au Royaume Uni et en Allemagne, et le boycott des Etats-Unis et de l'Australie, Huawei mise plus que jamais sur la France pour accroître son développement. "La France a un très haut niveau en matière de mathématique", déclarait Weiliang Shi, récemment interrogé par L'Usine Digitale. Au sujet des rumeurs, il insiste : "Huawei est une société privée. On n'a aucun lien avec le gouvernement chinois". Et d'ajouter : "On ne peut pas empêcher les rumeurs. Les Etats-Unis ne veulent pas travailler avec nous, c'est leur décision. Mais s'ils ne veulent pas, on va travailler avec les autres. On va retirer notre investissement aux Etats-Unis pour le mettre en Europe." A commencer par la France donc !

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS