Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Huawei veut fabriquer ses propres puces pour regagner le "trône des smartphones"

Sous sanctions américaines depuis 2019 et s'étant vu forcé de se séparer de sa marque Honor, Huawei entend malgré tout regagner sa place parmi les leaders des smartphones. Après avoir annoncé son propre système d'exploitation, la société chinoise envisage désormais de fabriquer ses puces électroniques elle-même.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Huawei veut fabriquer ses propres puces pour regagner le trône des smartphones
Huawei veut fabriquer ses propres puces pour regagner le "trône des smartphones" © Huawei

Si les sanctions américaines ne semblent pas sur le point d'être levées, le dirigeant de Huawei prévoit de trouver un autre moyen pour regagner sa place sur le "trône des smartphones". Cela passe selon lui par l'internalisation de la fabrication de puces électroniques, les États-Unis lui bloquant l'accès à ces ressources.

Depuis 2019, suite à une décision de l'ancien président américain Donald Trump, Huawei a été placée sur une liste noire, avec comme justification des soupçons de surveillance. Les entreprises américaines ou utilisant des technologies américaines (ce qui est le cas du Taïwanais TSMC par exemple) doivent depuis obtenir l'approbation du gouvernement avant de pouvoir commercer avec ces dernières.

"Nous sommes coincés"
Bien que l'élection de Joe Biden ait changé la donne pour TikTok et WeChat, qui étaient également menacés de sanctions mais pour des raisons différentes, concernant Huawei la vis a été serrée et l'administration du nouveau président a informé les fournisseurs de Huawei du renforcement des conditions d'autorisation de commercer. Par exemple, les composants utilisés pour ou avec les appareils 5G ne peuvent plus être vendus.

"Tout le monde sait que les puces de smartphones nécessitent une technologie avancée, elles doivent être de petite taille et avec une faible consommation d'énergie" a déclaré Guo Ping, président de Huawei, lors d'une récente séance de questions-réponses avec le personnel dévoilée par Reuters. "Huawei peut concevoir celle-ci, mais personne ne peut nous aider à la fabriquer, nous sommes coincés", a-t-il déploré.

Le pari de l'autosuffisance
Toutefois, le fabricant "continuera d'exister dans le domaine des téléphones mobiles et ce grâce aux progrès constants dans la production de puces" a déclaré Guo Ping. "Le trône des smartphones finira par revenir", a-t-il ajouté, indiquant sa volonté de retrouver une position de choix dans le secteur.

Il y a quelques semaines, le fondateur et directeur général de Huawei, Ren Zhengfei, avait pour sa part déclaré en interne ses ambitions pour détourner les sanctions américaines et retrouver une certaine indépendance. Il avait indiqué alors vouloir se concentrer sur le développement de ses logiciels, notamment HarmonyOS, afin de signer davantage de contrats dans des zones géographiques stratégiques dont l'Afrique, l'Europe, l'Asie-Pacifique.

Huawei, qui fut brièvement le premier fabricant de smartphones au monde en nombre d'unités vendues, a quitté les rangs des cinq premiers vendeurs chinois au dernier trimestre, pour la première fois en plus de sept ans, selon le cabinet d'études Canalys. Récemment, la société a été contrainte de proposer ses nouveaux smartphones P50 et P50 Pro sans 5G et sans Android. Sa marque de smartphones d'entrée de gamme Honor, dont elle s'est séparée en 2020, a quant à elle présenté ses premiers téléphones depuis son rachat dotés des puces 5G de Qualcomm.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.