Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Huawei se lance dans l’aventure risquée du cloud public

Après avoir joué le rôle de plombier du cloud, le premier équipementier chinois des télécoms Huawei franchit le Rubicon en se lançant lui-même dans le cloud public. Une aventure risquée qui le met en concurrence frontale avec ses propres clients.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Huawei se lance dans l’aventure risquée du cloud public
Huawei présente son offre entreprise dans son Technology Center de Shenzhen

On connaît Huawei Technologies comme un équipementier télécoms et informatique. Le voilà maintenant aussi opérateur de cloud public. Le service est disponible en Chine depuis juillet 2015. Mais c’est à l’événement Huawei Cloud Congress, qui réunit 10 000 personnes parmi ses partenaires, ses clients et ses prospects, qu’il est officiellement lancé. "Nous avons l’ambition de devenir un leader mondial du cloud public et nous avons tous les atouts pour concurrencer les acteurs issus du monde de l’internet", clame Eric Xu, CEO du groupe, en faisant allusion à des compétiteurs établis comme Amazon Web Services et Google aux États-Unis, Alibaba et Baidu en Chine.

 

Sur le modèle d’Amazon Web Services

Le géant chinois (170 000 personnes dans le monde et un chiffre d’affaires de 46,5 milliards de dollars en 2014) se positionne sur le cloud d’infrastructure (IaaS pour Infrastructure as a service) et de plateforme de développement d’applis (PaaS pour Platform as a service). Deux segments qui représentent un marché annuel de 20 milliards de dollars, selon Synergy Research.

 

Huawei Technologies veut aller plus loin en touchant également la couche supérieure du SaaS (Software as a service). "Nous allons constituer un écosystème et servir d’agrégateur de logiciels à la demande de partenaires", précise Eric Xu. C’est ce qu’Amazon Web Services, le leader du marché, fait avec sa place de marché.

 

Un cloud 100 % maison inspiré d’OpenStack

Le groupe, géré comme une coopérative avec un triumvirat de CEO et une direction tournante tous les six mois, se targue d’avoir construit sa plateforme cloud avec des produits (serveurs, stockage, réseaux) et logiciels (virtualisation et système d’exploitation) 100 % maison. Les logiciels s’appuient sur des briques open source issues de la fondation OpenStack. L’offre n’est pas détaillée, mais elle comprend des services d’analytique, d’Internet des objets et de big data. Le service s’appuie sur un seul datacenter situé près de Pékin. "Mais nous allons l’étendre en Chine et à l’international", assure Eric Xu.

 

Pour Huawei Technologies, dont les opérateurs télécoms constituent l’essentiel de ses clients, c’est l’opportunité de développer son activité entreprises qui ne représente en 2014 que 7 % de son chiffre d’affaires. Mais l’aventure est bien risquée. Jusqu’ici, il se contentait, comme Dell ou HP, de son rôle d’équipementier, aidant ses clients à bâtir leurs cloud privés, publics et hybrides. Sur ce marché, estimé par Synergy Research à 16 milliards de dollars au deuxième trimestre 2015, il est dixième mondial, loin derrière des leaders comme HP, Cisco, Dell ou IBM. Mais dans le segment de l’équipement du cloud public, il arrive sixième. Il a donc beaucoup à perdre en devenant concurrent de ses clients sur ce segment.

 

Des partenaires commerciaux pour l’international

Les dirigeants semblent l’avoir bien compris. Ils ont choisi d’avancer à l’international avec prudence. En dehors de la Chine, les services de cloud public de Huawei Technologies seront commercialisés par des opérateurs télécoms partenaires. Un accord a été déjà conclu dans ce sens avec Deutsche Telekom pour l’Europe. "Nous sommes dans une phase de test, nous adapterons notre approche en fonction des réactions du marché", confie le dirigeant d’une filiale européenne.

Ridha Loukil, à Shanghai

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale