Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Hub One (groupe ADP) veut s'imposer dans les réseaux 5G privés

La société Hub One, filiale à 100% du groupe Aéroports de Paris, se positionne comme "un opérateur de technologies digitales pour les entreprises", dans les secteurs industriels. Spécialiste des réseaux télécoms privés, elle se diversifie dans la robotique et la cybersécurité.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Hub One (groupe ADP) veut s'imposer dans les réseaux 5G privés
Hub One (groupe ADP) veut s'imposer dans les réseaux 5G privés © Hub One

Créée à l'origine pour répondre aux besoins de sa maison mère, le groupe ADP, Hub One a l'intention de devenir un "opérateur de référence en matière de 5G industrielle". La société, qui a enregistré un chiffre d'affaires de 157 millions d'euros en 2021, vise une croissance de 60% d'ici à 2025. Elle va se développer selon trois axes stratégiques : les télécoms (son domaine de compétence originel), mais aussi les technologies de traçabilité et la cybersécurité.

La cybersécurité, relais de croissance
Hub One a été créé en 2001 en rassemblant toutes les activités télécom d'ADP dans une filiale. Les aéroports de Paris justifiaient à eux seuls la démarche. Depuis, l'entreprise a changé de visage. Elle déploie toute la palette de solutions télécom (fibre, 4G, 5G, WiFi, LoRa, RFID…), mais le secteur aéroportuaire ne représente plus qu'un tiers de son chiffre d'affaires. Elle travaille notamment avec Auchan, pour lequel elle fournit les outils numériques utilisés par les préparateurs de commande, et avec Chronopost.

Du côté des secteurs, la société s'est spécialisée dans les métiers critiques et ceux s'exerçant dans des univers industriels "contraints" (où les enjeux de sécurité, ou de continuité de la production par exemple, imposent des contraintes importantes). Et au niveau des métiers, elle s'est diversifiée : traçabilité, IoT, intégration de robots, et cybersécurité, qui représente pour l'instant moins de 6% de son chiffre d'affaires mais est appelée à dépasser 20 millions d'euros en 2025.

Dans ce domaine, Hub One a fait l'acquisition de Sysdream en 2018, puis d'Oveliane et Oïkialog en 2020. La crise du Covid-19 a été un accélérateur de cette diversification, l'activité des aéroports ayant été mise à l'arrêt pendant plusieurs mois.

2 millions d'euros d'investissement dans la 5G
Aujourd'hui, l'entreprise ambitionne d'être le fournisseur de l'industrie 4.0, et notamment la référence des réseaux 5G privés. Son réseau 4G privé, évolutif 5G, est déjà le plus grand de France. Il s'étend sur 55 km², indoor et outdoor, à Paris-Charles de Gaulle, Paris-Orly et Paris-Le Bourget. Déployé en 2020, il représentait un investissement de 20 millions d'euros.

Hub One prévoit d'investir plus de 2 millions d’euros d'ici 2025 dans des expérimentations 5G : au port du Havre (pour automatiser les grues porte-conteneurs), en milieu industriel classé Seveso (pour assurer les exigences de redondance du réseau), et dans les aéroports de Paris (pour détecter des objets sur les pistes grâce au passage de véhicules équipés de caméras très haute définition, qui transmettront leurs images en temps réel au système central). Tous ces projets ont été sélectionnés par France Relance. En tant qu'opérateur de 5G industriel, Hub One conçoit l'architecture des réseaux et les exploite.

"L'enjeu, c'est le passage à l'échelle"
Pour le moment, les expérimentations de réseaux 5G privés se comptent sur les doigts d'une main, si on n'inclut pas les projets "pilotes". Outre ADP, Airbus et EDF sont les seuls à exploiter un réseau déjà en fonctionnement, en attendant celui d'ArcelorMittal et de la SNCF. "L'enjeu, ce n'est pas de savoir si cela fonctionne, c'est le passage à l'échelle, déclare à L'Usine Digitale Guillaume de Lavallade, directeur général de Hub One. Très peu de projets pilotes sont passés à l'échelle."

Conscient du problème, le gouvernement a pris des mesures pour essayer de susciter plus de vocations chez les industriels, notamment en libérant de nouvelles fréquences. Une bonne initiative, selon Guillaume de Lavallade, mais "trop timide par rapport à ce qui se fait en Allemagne ou en Chine. Il faut donner plus de flexibilité, en termes de prix, de surface de couverture, et au niveau macro-national."

Hub One indique qu'elle "entend jouer un rôle actif dans la consolidation des secteurs des télécoms, de la traçabilité et de la sécurité informatique". Pour accompagner son développement, elle compte atteindre 1000 collaborateurs en France en 2025 (contre 570 en 2021), et accélérer son déploiement en Europe.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.