Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Huit ans de développement de véhicule autonome chez Google (Waymo) en huit chiffres

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Waymo, la filiale de Google en charge du développement d'un véhicule autonome, fait le point sur ses progrès dans son "Safety Report". Nous en avons extrait huit chiffres clés.

Huit ans de développement de véhicule autonome chez Google (Waymo) en huit chiffres
Huit ans de développement de véhicule autonome chez Google (Waymo) en huit chiffres © Waymo

L'un des principaux freins au développement du véhicule autonome est son degré d'acceptation par les citoyens. La technologie génère encore beaucoup de fantasmes et d'incompréhensions qui pourraient, à terme, nuire à sa démocratisation. Alors Google a décidé de mettre l'accent sur la pédagogie autour de sa division Waymo qui travaille sur le sujet. Au début du mois, il a formé, avec d'autres acteurs de l'industrie, une coalition pour mieux expliquer le véhicule autonome au public, Let's talk self-driving. Quelques jours plus tard, l'entreprise a publié son premier "Safety Report" qui fait le point sur l'avancée du programme et les défis auxquels les équipes de Google sont confrontées. Un rapport à la fois synthétique et complet sur les différentes questions sécuritaires posées par le développement du véhicule autonome, mais qui n'aborde pas la dimension éthique. Nous avons extrait huit chiffres de ce document pour mieux comprendre où en est Waymo.

 

8

C'est le nombre d'années de développement du véhicule autonome chez Google. Un projet d'abord conduit par le "Google self-driving car project" dès 2009 (au sein de Google X, le laboratoire des projets de rupture du groupe), puis au sein de l'entité indépendante Waymo fondée fin 2016 après la création de la holding Alphabet. Celle-ci n'a jamais dévoilé le nombre de salariés affectés au projet.

 

4

C'est le nombre de générations de véhicules développées par les équipes de Google. D'abord des Toyota Prius, des Lexus RX450h dès 2012, un petit modèle maison baptisé "Firefly" (lorsque Google envisageait de faire produire ses propres modèles) puis des Chrysler Pacifica Hybrid minivans depuis 2017.

 

3,5 millions

C'est, en miles, la distance parcourue par les véhicules de tests de Google (soit 5,6 millions de kilomètres). La barre du premier million de miles a été franchie au bout de six ans de travail, en juin 2015 ; les prototypes ont englouti un million de miles supplémentaires en octobre 2016 et la barre des 3 millions a été franchie sept mois plus tard.

Les véhicules parcourent désormais des "milliers de miles" chaque semaine. Waymo va permettre au grand public de "tester" ces véhicules (mais en présence de conducteurs professionnels) à Phoenix.

 

8 millions

C'est, en miles, la distance parcourue par 25 000 Waymo virtuelles chaque jour dans le simulateur de l'entreprise. Celle-ci recrée à la fois des situations réelles sur des reproductions de routes du monde réel et entraine les systèmes autonomes sur des configurations totalement inédites. 2,5 milliards de miles ont été ainsi parcourus sur simulateur en 2016.

 

20 000

C'est le nombre de scénarios créés au "Castle" (château), la piste d'essai de Google en Californie qui reproduit une grande variété de situations observées sur la route. Un terrain de jeu de 36 hectares avec ses routes, autoroutes, ponts, qui a permis de tester des situations dans le monde réel avant de les intégrer au simulateur de Waymo.

 

22

C'est le nombre de villes dans lesquels Waymo mène des tests sur routes ouvertes, toutes aux Etats-Unis : 15 en Californie, 5 en Arizona, 1 au Texas et 1 dans l'Etat de Washington, au nord-ouest du pays. Elle veut disposer d'une variété de climats (chaud à Phoenix, pluvieux à Kirkland), de types d'infrastructures routières (avec des panneaux de formes différentes) et de réglementations locales pour entrainer ses véhicules. Waymo peut aussi recréer n'importe quel environnement métérologique dans sa soufflerie.

 

28

C'est le nombre de compétences de base d'un véhicule autonome (à partir du niveau 3), non pas selon Waymo, mais d'après le NHTSA, l'agence américaine chargée de la sécurité routière. Sans maîtriser ces 28 "comportements" de base, un véhicule ne pourra pas prétendre à une homologation. Par exemple : s'insérer sur une autoroute, se caler sur la vitesse du véhicule qui précède (et maintenir une distance de sécurité), détecter les panneaux et feux de signalisation, naviguer sur un rond-point… Waymo a ajouté ses propres "compétences fondamentales" comme changer de ligne sur une route à plusieurs voies, réagir à l'extinction brutale de l'éclairage public, traverser un passage à niveau... On arrive donc à une cinquantaine de compétences de base, que Waymo décline à chaque fois en des centaines de variantes.

 

Il faut y ajouter des capacités "optionnelles" liées à l'environnement (la route empruntée doit être cartographiée de façon ultra-précise), la météo, la luminosité, le type de route, les réglementations locales… Waymo ambitionne de gérer de plus en plus de paramètres de ce type pour étendre l'"operationnal design domain" (ODD) de ses véhicules, la plage d'utilisation dans laquelle le véhicule peut opérer automatiquement sans danger. A partir d'un niveau 3 d'autonomie, le véhicule doit être capable de définir seul s'il est capable de rouler en mode autonome et de se mettre lui-même en zone sûre si le conducteur ne répond pas à ses appels et ne reprend pas les commandes.


Waymo affirme que ses prototypes sont déjà capables de rouler de jour comme de nuit, sous une pluie fine et modérée, dans un environnement urbain complexe. Mais il lui reste d'innombrables compétences à acquérir pour que ses véhicules soient capables de rouler partout, tout le temps.

 

4

C'est le nombre de catégories de scénarios d'évitement ou d'atténuation de collisions sur lesquels travaille Waymo, toujours selon la définition de la NHTSA : choc avant ou arrière, changement de ligne, intersections et insertion sur la route. Waymo s'appuie sur les données d'accidents réels pour décliner chacun de ces scénarios de base et prendre en compte le maximum de situations rencontrées sur la route.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Parienti Raoul

18/10/2017 21h57 - Parienti Raoul

Article tres intéressant quu deboile pQEour la première fois le MYTHE DU NIVEAU 5! J invite les lecteurs de regarder le site : www.reva2.eu Une innovation française qui permet de concretiser le vehicule autonome a fainle coût et à planing maîtrisé. Ce système sera expérimenté à Cagnes sur Mer pour la première fois et offre une véritable alternative au vehicule personnel avec un service VIP. Ce système breveté mondialement peut permettre à la France de gagner le pari du vehicule de demain. Raoul Parienti

Répondre au commentaire | Signaler un abus

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale