Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Hume, le spécialiste lyonnais du cloud computing pour les pros

Incubée à 1kubator Lyon, la start-up Hume a lancé la version bêta de son service de cloud computing dédié aux professionnels en mai 2019. Le point avec Victor Ducoulombier, l'un des deux cofondateurs.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Hume, le spécialiste lyonnais du cloud computing pour les pros
Hume, le spécialiste lyonnais du cloud computing pour les pros © Capture écran Hume

S’il fallait démontrer que la valeur n’attend pas le nombre d’années, Victor Ducoulombier et Pierre Storaci pourraient être candidats. À 20 ans tous les deux, ces passionnés d’informatique autodidactes ont créé leur entreprise, même si l’objectif professionnel n’était pas recherché.

 

Tout commence au fin fond d’un garage lyonnais, quand Victor rachète un mini centre informatique à une société qui fermait. Ils ont alors 16 ans et sont trois. "Au début on voulait juste s’amuser, il n’y avait pas de but commercial. Notre projet était de faire de la sauvegarde de données, ensuite cela a évolué vers le cloud computing",  se souvient Victor Ducoulombier.


Déportation virtuelle d’ordinateur

Le principe est simple : déporter un ordinateur virtuellement vers n’importe quel support, afin d’obtenir une puissance externe, sans prendre de ressources de l’ordinateur. Il peut ainsi être possible de faire fonctionner sur un netbook ou une tablette, un jeu ou un logiciel, qui requièrent de grandes capacités matérielles. La seule configuration requise est d’avoir un PING stable, au moins 4 mégabits par seconde, ce qui peut donc fonctionner avec une connexion 3G.

Grâce à ce cloud, il est possible d’accéder aux fichiers lorsque l’ordinateur ou le support est éteint. En termes de sécurité, les serveurs utilisés sont accrédités secret défense, auxquels s’ajoute la sécurité propre de Hume, constituée d’un double encryptage, en AES et RSA.


Une évolution rapide

Hume est incubée à 1kubator Lyon depuis juin 2018, alors même que les deux acolytes passaient leur baccalauréat. Cela leur a notamment permis d’obtenir un soutien financier de 25 000 euros et un accompagnement. Très rapidement, ils ont pu tisser des partenariats avec des entreprises qui leur sous-louent des serveurs, dont OVH et Google. Le maximum en termes de configuration est de 140 cœurs, 2840 Go de Ram et 4 cartes graphiques V100 de 32 Go. Les configurations peuvent être modulables en direct. Le stockage est quant à lui illimité. Le service est facturé selon la puissance utilisée, à la seconde près, et coûte entre 14 centimes H.T. de l’heure (pour 2 cœurs, 4 Go et sans carte graphique), jusqu’à 14 euros pour la configuration maximale.


Quand le service a été lancé en mai 2019, 1300 personnes se sont inscrites en deux jours. Une levée de fonds de 500 000 euros sera réalisée d’ici septembre 2019, permettant l’embauche d’une dizaine de développeurs. L’équipe est actuellement composée de quatre personnes, dont des stagiaires et bientôt des alternants. Le chiffre d’affaires attendu pour la première année est d’1,5 million d’euros, pour 7000 clients. Après le marché français, Hume se positionnera sur la Belgique et la Suisse, puis l’Europe à l’horizon 2020.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media