Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

I-Ten ajoute une troisième dimension aux microbatteries

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

I-Ten ajoute une troisième dimension aux microbatteries
I-Ten ajoute une troisième dimension aux microbatteries © d. r.

Les circuits électroniques sont toujours plus gourmands en énergie et leurs fabricants peinent à les satisfaire. En cause, selon Fabien Gaben, le président fondateur de la jeune entreprise I-Ten, des solutions de stockage d’énergie mal adaptées aux contraintes industrielles des électroniciens.

"Les piles bouton ne sont pas rechargeables, les supercondensateurs s’autodéchargent, les microbatteries planaires ont des durées de vie trop faibles… Et toutes sont trop encombrantes et posent des problèmes pour être soudées sur les cartes électroniques", pointe ce docteur en physique-chimie qui a dirigé la R&D de la Société de véhicules électriques (Dassault) de 2008 à 2010. La solution développée par I-Ten, en collaboration avec l’ENS de Lyon et l’institut Carnot de Bourgogne, mise sur une technologie de rupture protégée par huit brevets : une microbatterie rechargeable tout solide, formée de multicouches en céramique.

L’opportunité

L’alimentation de secours des ordinateurs et autres objets électroniques représente déjà un marché de masse pour ces microbatteries. Prochaine cible : les objets connectés.

Cette technologie tridimensionnelle permet, selon Fabien Gaben, de décupler la capacité de stockage d’énergie – à encombrement identique – par rapport aux microbatteries planaires. Et l’absence d’électrolyte liquide ou polymère et d’anode en lithium rend la microbatterie résistante aux hautes températures, ce qui lui permet d’être soudée sur les circuits comme n’importe quel composant passif.

Avec ce produit, I-Ten a de grandes ambitions, d’abord sur le marché de l’alimentation de secours des ordinateurs, smartphones et autres équipements électroniques, puis sur celui des capteurs autonomes de l’internet des objets. Reste à la start-up, créée fin 2011 et installée près de Lyon, à industrialiser sa solution. Elle peut compter sur les 3,2 millions d’euros levés en mars dernier. Les premières préséries sont prévues pour fin 2015.

Manuel Moragues

L’innovation

La microbatterie tout solide d’I-ten est formée de couches minces de céramique. Leur empilement lui confère une haute densité énergétique, donc une grande compacité. Le tout solide céramique lui permet de résister aux températures de soudure. L’objectif : une intégration aux cartes électroniques plus facile.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media