Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

I-Way accélère dans la réalité virtuelle hors du domicile et se lance dans la distribution de contenu

Vidéo Le centre de loisirs lyonnais I-Way voit grand. Après le succès de sa première expérience VR, qu'il avait fait concevoir sur-mesure, il accélère dans la production de contenu exclusif. Il vient de sortir un nouveau jeu, et deux autres sont prévus pour l'automne. Surtout, il a mis en place un modèle de distribution de licences pour s'étendre sur le marché français, et commence à regarder à l'international.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

I-Way accélère dans la réalité virtuelle hors du domicile et se lance dans la distribution de contenu
I-Way accélère dans la réalité virtuelle hors du domicile et se lance dans la distribution de contenu © I-Way

L'entreprise lyonnaise I-Way, exploitant d'un centre de simulation automobile depuis 2008, s'est lancée dans le divertissement en réalité virtuelle en janvier 2018. Elle a pour cela co-conçu son propre escape game VR multijoueurs avec l'aide du studio Myoken. Un an plus tard, l'expérience est un succès et I-Way accélère avec la création de nouveaux contenus exclusifs, mais aussi la mise en place d'un modèle de distribution par licences.

 

Une deuxième expérience sortie en mars

I-Way a sorti une nouvelle expérience en mars, baptisée Opération Black Space et toujours réalisée par Myoken. Là où le premier jeu, ISS Rescue, se voulait une expérience contemplative, ce nouveau contenu se veut plus dynamique, avec des phases de tir, même si les mécaniques de l'escape game (avec des puzzles à résoudre) sont toujours présentes.

 

Le pitch : une équipe commando doit infiltrer une île contrôlée par des terroristes pour empêcher coûte que coûte le lancement d'une fusée. Le format reste également le même : 40 minutes de jeu, conçu pour un groupe allant de 1 à 6 joueurs. I-Way est également en train de faire évoluer l'équipement qu'il utilise dans ses box, en supprimant les câbles grâce au module sans fil de HTC Vive.

 

 

Du free roaming sur deux salles...

I-Way travaille avec Myoken sur deux nouvelles expériences qui sortiront entre septembre et octobre. Elles seront cette fois sur un format différent, en free roaming. Cette appellation désigne les expériences dans lesquelles les joueurs peuvent se déplacer librement dans un grand espace, habituellement à l'aide d'un PC sac à dos. En l'occurrence, I-Way est en train de construire deux salles de 36 m² chacune. Chaque salle accueillera 3 joueurs, avec toujours le même principe de pouvoir faire jouer de 1 à 6 personnes en simultané. "A partir d'une personne car cela nous permet d'être sur le marché du coffret cadeau, détaille Pierre Nicolas, co-fondateur d'I-Way, et jusqu'à six pour garder la cible des joueurs d'escape game."

 

...Et en deux parties

Outre le free roaming, une autre nouveauté est que ces deux expériences seront liées sur le plan narratif : il s'agira d'une même histoire découpée en deux parties, l'une à la suite de l'autre. Il sera possible de jouer 1h20 d'affilée, ou de faire 40 minutes et de revenir finir l'histoire la fois d'après. "C'est une façon pour nous de sonder le marché, de voir si ces nouveaux formats plaisent aux clients, commente le dirigeant. Nous lancerons les deux expériences en même temps et nous verrons si les clients font les deux ou juste une seule, et s'ils préfèrent le free roaming aux box que nous avons actuellement." En fonction de l'appétence du public, le dirigeant n'exclut pas la création de contenu épisodique à l'avenir.

 

De l'exploitation à la distribution

I-Way continue en parallèle son projet d'implantation en Île-de-France. Un centre de jeu de 2500 m² (avec simulation automobile, escape games classiques et expériences VR) devrait ouvrir en fin d'année à Saint-Quentin-en-Yvelines. Mais l'entreprise s'est surtout mise à vendre des licences d'exploitation pour ses jeux.

 

"Avec ISS Rescue, nous avons eu assez rapidement des demandes de la part d’acteurs du monde du loisir, notamment des établissement faisant de l'escape game, révèle Pierre Nicolas. Nous n'étions pas intéressés au départ, souhaitant garder l'exclusivité du contenu, mais l'un d'entre eux était très insistant, et nous avons fini par réaliser qu'il était peu probable qu'un client habitant à Nantes fasse le déplacement jusqu'à Lyon pour faire cette expérience. Donc nous avons lancé un système de licence par zone géographique en avril 2018. Nous avons 5 licenciés pour le moment : Nantes, Bordeaux, Dijon, Annemasse, Orléans. Et deux autres déploiements auront lieu d'ici moins d'un mois."

 

Chaque jeu a son propre contrat de licence, mais l'avantage est qu'ils bénéficient de la même interface d'administration, ce qui permet à l'exploitant de passer d'une expérience à l'autre à la volée, en un seul clic. "Nantes et Dijon ont déjà déployé Opération Black Space."

 

Une expertise qui fait la différence

Pour autant, le dirigeant ne veut pas se présenter comme un éditeur de jeu. "Nous restons avant tout un exploitant. C'est l'un de nos points forts, le fait que nous apportions aussi l'expertise de l'exploitation. Nous avons par exemple fait passer plus de 12 000 personnes sur ISS Rescue jusqu'à présent. L’un de nos licenciés hésitait avec d’autres jeux. Il est venu nous voir un week-end et a vu qu'on faisait passer 18 personnes par heure. Sans aucun bug, aucune anicroche. Il est reparti convaincu." Pierre Nicolas met aussi en avant le fait qu'I-Way accompagne ses licenciés dans la création de leur espace et la formation de leur personnel, ce qui n'est pas forcément le cas des autres vendeurs d'expériences VR.

 

Maintenant qu'I-Way est bien ancré sur le marché national, Pierre Nicolas commence aussi à voir plus grand. L'entreprise va notamment se mettre à participer à des salons internationaux du divertissement, comme l'IAAPA. Mais en restant dans un premier temps focalisé sur la zone France, Belgique et Suisse.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media