Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

IA, IoT et blockchain : l'agriculture en Afrique subsaharienne se dote des meilleurs outils avec IBM

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

En s'associant avec la start-up africaine Hello Tractor, IBM veut utiliser l'intelligence artificielle, l'internet des objets et la blokchain pour aider à la mise en relation des loueurs de tracteurs et des agriculteurs en Afrique subsaharienne, une région où seuls 20% des champs sont entretenus mécaniquement.    

IA, IoT et blockchain : l'agriculture en Afrique subsaharienne se dote des meilleurs outils avec IBM
IA, IoT et blockchain : l'agriculture en Afrique subsaharienne se dote des meilleurs outils avec IBM © Hello Tractor

Intelligence artificielle, blockchain et internet des objets, ensemble, au service de l'agriculture subsaharienne. C'est le projet que mènent ensemble IBM et la start-up africaine Hello Tractor, pour améliorer la productivité des agriculteurs et la rentabilité des tracteurs, dans une région où seuls 20% des champs sont entretenus mécaniquement.

 

Si la start-up, basée au Nigeria et au Kenya, mettait déjà en relation propriétaires de tracteurs et agriculteurs, son association avec le laboratoire de recherche industrielle africain d'IBM va lui permettre de développer ses services pour les agriculteurs et pour les propriétaires de machines agricoles.

 

Pour l'agriculteur, le loueur et le conducteur

Côté agriculteur, le machine learning lui permettra de prévoir le rendement de ses récoltes. En accumulant les données météo, satellites et celles récoltées par l'objet connecté installé dans les tracteurs, l'application pourra aussi aider les petits agriculteurs à savoir quand cultiver, à évaluer la qualité de leurs cultures, quelle variété planter ou quel engrais utiliser.

 

Pour les propriétaires de machines agricoles, le machine learning et l'internet des objets sera utilisé pour voir et organiser l'utilisation de leur flotte, prévoir les maintenances nécessaires et les prochaines locations (en se basant sur l'historique de location, la météo et les images satellites des champs). Les conducteurs de tracteur, eux, seront notés sur un barème de cinq étoiles, et envoyés là où leurs compétences seront les mieux utilisées.

 

Echanges sécurisés par la blockchain

Cette solution permettra aussi aux agriculteurs de mieux estimer leur cote de solvabilité, en estimant la valeur des récoltes, et aux loueurs de bénéficier d'opportunités financières pour la maintenance ou l'achat de nouvelles machines, basées sur leurs données d'utilisation. La blockchain, elle, sera la base de tous les échanges entre offre et demande. Hermétique aux fraudes, elle sécurisera les demandes de location, les paiements, l'accès aux documents et aux services autorisés, etc.

 

Pour leur prochaine étape, les équipes de Hello Tractor et IBM comptent mettre à profit l'intelligence artificielle sur la reconnaissance d'images, afin de prévoir la qualité d'une récolte future ou, avec la météo, de prévoir la prochaine récolte. Il est aussi prévu que la plate-forme s'étende au-delà du Nigeria, au Kenya, au Mozambique, au Sénégal, en Tanzanie, au Pakistan et au Bangladesh.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale