Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

IA, réalité mixte, data centers : Microsoft France présente sa feuille de route pour 2018

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Microsoft France a présenté le 23 janvier ses grands projets pour l'année 2018. Les chantiers les plus importants qui vont être menés en France par l'entreprise informatique concernent essentiellement l'intelligence artificielle, le stockage des données et la réalité mixte.

IA, réalité mixte, data centers : Microsoft France présente sa feuille de route pour 2018
Carlo Purassanta, président de Microsoft France, lors de la présentation de la feuille de route de 2018. © Simon Chodorge

L’antenne française de Microsoft a présenté le mardi 23 janvier sa feuille de route pour l’année 2018. Carlo Purassanta, président de Microsoft France, a exposé les grands axes stratégiques de l’entreprise informatique. Plusieurs annonces ont été faites dans les domaines de l’intelligence artificielle, de la réalité mixte et des centres de données.

 

Quatre data centers vont ouvrir sur le territoire français

L’un des plus gros événements à venir pour la division française de Microsoft est l’ouverture de quatre centres de données sur le territoire français : trois en région parisienne et un en région marseillaise. “Un certain nombre de nos clients ont exprimé le besoin que leurs données puissent résider en France. Par ailleurs, on avait des demandes spécifiques en terme de temps de latence”, explique Bernard Ourghanlian, directeur technique et sécurité à Microsoft France.

 

Si les centres profitent déjà à des entreprises françaises, ils ouvriront de façon publique et générale d’ici fin mars. La France rejoint donc les 42 régions du monde où Microsoft a déjà installé ses data centers et l’entreprise a suggéré que d’autres pays pourraient bientôt figurer dans la liste.

 

Carlo Purassanta a aussi insisté sur l’importance de la souveraineté de Microsoft sur ces données. Ce n’est pas sans fierté que le président de Microsoft France a rappelé une autre échéance. En juin 2018, l’entreprise informatique affrontera le département américain de la justice devant la cour suprême des États-Unis. Une affaire qui fait suite au refus de Microsoft de livrer les e-mails d’un trafiquant de drogue présumé, puisqu’ils sont hébergés sur des serveurs irlandais et non aux Etats-Unis. Derrière ce procès, l’enjeu pour Microsoft sera de prouver à ses clients qu’il garde le contrôle de leurs données.

 

 

Inauguration d'un programme de formation Microsoft sur l’IA

Microsoft France a également fait plusieurs annonces en matière d’intelligence artificielle. Le 6 mars 2018, l’antenne française ouvrira au sein de son siège, à Issy-les-Moulineaux, une école dédiée à l’IA. Le programme de cette formation de deux ans, comme évoqué récemment, sera élaboré en partenariat avec l’école du numérique Simplon.

 

Trois mois plus tard, en juin, l'entreprise célèbrera le premier anniversaire du projet AI Factory hébergé dans l’incubateur parisien Station F. Six start-up supplémentaires vont rejoindre les sept projets déjà sélectionnés par l’entreprise informatique : Deepomatic, TellMePlus, Yatedo, Zelros, Brennus Analytics et Prevision IO. "C’est utile pour fédérer un écosystème de dialogue avec les entreprises. Quand on a une discussion sur l’intelligence artificielle, on peut aussi s’appuyer sur des idées et sur les best practices que nous voyons dans l’écosystème des start-up", motive Carlo Purassanta.

 

Plus largement, le président fait de l’intelligence artificielle l’une de ses priorités : "Nous avons Dynamics pour les applications, Office 365 pour la collaboration, Azur pour le Cloud, etc. Dans chacun de ces produits, nous allons, et nous le faisons déjà, infuser de l’intelligence artificielle. Celaa va être presque invisible pour les clients finaux mais l’outil lui-même va s’améliorer et être plus intelligent."

 

Industrialiser la réalité mixte

La réalité mixte est aussi au centre des partenariats noués par Microsoft France avec les entreprises. "On est plus dans une phase de découverte mais on passe vraiment à la partie projet et industrialisation", explique à L’Usine Digitale Florent Pelissier, chef de produit HoloLens et réalité mixte à Microsoft France. "On voit quatre gros cas d’usage : formation et apprentissage, maintenance assistée, augmentation de l’opération sur du design ou de la production et enfin engagement du client." Airbus, par exemple, utilise déjà HoloLens pour la formation de techniciens tandis que Naval Group a déposé une preuve de concept (POC) en 2017 pour utiliser le casque lors de tâches de réparation sur ses navires. Des développements à suivre attentivement en 2018.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale