Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

IA, synthèse vocale et cloud au coeur des solutions smart home... selon Amazon

Au CES, Amazon n'avait pas de stand pour montrer son assistant vocal pour la maison Alexa, intégré dans l'enceinte Echo. Mais plusieurs fabricants ont annoncé la compatibilité de leur produit avec la solution. Et Amazon prépare une version 2 miniaturisée de son enceinte connectée.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

IA, synthèse vocale et cloud au coeur des solutions smart home... selon Amazon
L'assistant vocal pour la maison Alexa d'Amazon est intégré dans son enceinte Echo. © Amazon

Faut-il y voir un hommage ? LG a présenté au CES de Las Vegas un énième hub pour la maison connectée, le SmartThinQ Hub, une enceinte ressemblant comme deux gouttes d'eau à l'Echo d'Amazon, dévoilé en 2015. Même design de tube vertical (façon paquet de chips ondulées), même système d'IA packagée dans un objet avec lequel on peut converser de façon naturelle : le choix de LG valide indirectement le positionnement d'Amazon, qui n'a pas eu à montrer son produit au CES pour faire parler de lui. Ses partenaires (et concurrents) s'en sont chargés.

 

l'écosystème alexa se structure

Ford, d'abord, a annoncé la compatibilité de son interface de bord Sync avec le duo Echo / Alexa. On pourra commander sa maison depuis l'habitacle de son véhicule.

 

Des fabricants d'objets ont aussi répondu positivement à l'invitation d'Amazon, qui met gratuitement à disposition sa technologie de synthèse vocale et son IA pour mieux vendre du cloud et ses services via sa filiale Amazon web services, et fidéliser les clients de son site de e-commerce. La start-up française Invoxia a confirmé que son téléphone de frigo Triby intègrerait Alexa. Logique, puisque Amazon a investi directement dans la start-up, parmi une dizaine d'autres, à travers son fonds Alexa.

 

D'autres fabricants ont aussi adopté le système, comme les spécialistes de la smart home Vivint, Haiku Home et Nexia, le concepteur de balises de localisation d'objets Trackr et le service de réparation à domicile HomeAdvisor. Ils s'ajoutent aux lampes Philips Hue, au hub Smartthings de Samsung, aux objets de Wink et Insteon, et aux prises et interrupteurs WeMo. Un écosystème très centré sur les Etats-Unis pour le moment, où la smart home est bien plus avancée qu'en Europe.

 

Une version 2 en projet

Après plusieurs échecs dans le hardware, ces annonces confortent Amazon dans son choix de développer Alexa et Echo. Selon le Wall Street Journal, l'américain prépare même une évolution de son enceinte connectée, plus petite et moins chère. Cette version 2 pourrait être transportable, indique le site du quotidien économique. Un peu comme la télécommande intelligente du français Sevenhugs, mais contrôlée par la voix.

 

A terme, Amazon pourrait même se passer d'objet puisque, comme l'a expliqué Charlie Kindel, responsable du programme Alexa, lors d'un panel au CES, "presque tout ce que fait Alexa est dans le cloud. Très peu se passe dans l'objet lui-même, et c'est ce qui nous permet de le faire évoluer très vite". L'objet est une étape intermédiaire qui permet d'évangéliser le grand public et de matérialiser la démarche… en attendant que toute l'intelligence soit embarquée dans les objets eux-mêmes ou que le système se pilote via une application mobile.

 

C'est également la logique du projet Amazon Dash Buttons, qui veut créer des interfaces simples entre le monde réel et virtuel… jusqu'à intégrer le service directement dans le produit. En 2016, la technologie se doit de devenir invisible…

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media