Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

IBM à l’assaut de la forteresse d’Intel dans les serveurs…via Google

Le géant d’internet Google envisage d’utiliser le processeur Power d’IBM sur ses serveurs dès 2017. Un projet de nature à faire des émules et remettre en cause la domination d’Intel sur le marché très lucratif des puces pour équipements de datacenters.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

IBM à l’assaut de la forteresse d’Intel dans les serveurs…via Google
IBM à l’assaut de la forteresse d’Intel dans les serveurs…via Google © IBM

Une très mauvaise nouvelle pour Brian Krzanich. Le patron d’Intel pourrait voir sa stratégie de recentrage sur les datacenters sérieusement compromise. Google, l’un de ses trois plus gros clients dans ce domaine aux côtés de Hewlett Packard Entreprise et Dell, envisage de basculer sur le processeur Power d’IBM. Son directeur de plateforme matérielle, Gordon MacKean, l’a laissé entendre lors de la conférence Open Power Summit, qui s’est tenue à San José, en Californie, du 5 au 8 avril 2016.

 

1,2 million de processeurs de serveurs achetés par an par Google

Jusqu’ici, Google, qui développe ses propres serveurs pour sa gigantesque infrastructure internet et cloud computing, utilisait exclusivement des puces d’Intel. Selon Bloomberg, il lui achète 1,2 million d’unités par an, ce qui représente 5% du marché mondial des serveurs. En lançant à l'été 2013 son alliance Open Power, IBM ouvre son processeur à d'autres fournisseurs de puces, constructeurs de serveurs et développeurs de logiciels. Objectif: favoriser l'adoption la plus large possible de sa technologie qu'il réservait jusqu'alors à ses produits. Google a rejoint l'alliance en 2014.

 

Google n’a pas encore construit de serveurs avec le Power 8, la version actuelle du processeur d’IBM. Il a juste réécrit ses logiciels d’infrastructure pour être prêt à les faire tourner sur la puce de Big Blue. Mais selon un article d’EETimes, il travaille d’ores et déjà avec Rackspace - un acteur texan du cloud computing qui créé ses propres serveurs - sur le développement d’une machine basée sur la prochaine version, le Power 9, qu’IBM prévoit de lancer en 2017. Le développement est mené dans le cadre de l'initiative Open Compute Project de Facebook, qui pourrait, lui aussi, suivre l'exemple de Google.

 

Google pourrait créer un effet domino

La menace pour Intel est particulièrement sérieuse. Ce que fait Google est observé par tous les autres géants d’internet, qui développent, eux aussi, leurs propres serveurs, ainsi que par les grandes entreprises, qui tiennent encore à disposer en propre des datacenters. Le basculement de la filiale d’Alphabet aurait un effet domino de nature à déstabiliser le numéro un mondial des semiconducteurs.

Intel jouie aujourd’hui d’un monopole dans les serveurs. Après sa débâcle dans les mobiles et face au déclin ininterrompue du marché des PC depuis 4 ans, il a fait des datacenters l’une des trois priorités de son repositionnement aux côtés de l’Internet des objets et des mémoires non volatiles. Objectif : faire croitre son chiffre d’affaires sur ce marché de 15% par an en moyenne d’ici 2020.

 

Priorité : regonfler les marges

Ce repositionnement vise à regonfler ses marges et à réduire sa dépendance vis-à-vis des PC, qui forment toujours l’essentiel de ses activités avec près de 60% de son revenu total. Les puces pour serveurs offrent l’avantage d’un marché plus lucratif que celui des processeurs pour PC, tablettes ou mobiles. Elles lui rapportent près de la moitié de ses bénéfices pour environ un tiers de son chiffre d’affaires total. Si Google bascule sur IBM, c’est toute cette stratégie qui risque de tomber à l’eau.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale