Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

IBM finance CLS, bien plus qu’un simple coffre-fort de tests ADN

Juste pour voir, IBM mise 10 millions de dollars dans la start-up Coriell Life Sciences, qui veut devenir le coffre-fort des profils ADN des particuliers et fournir des services d’analyse prédictive aux médecins.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

IBM finance CLS, bien plus qu’un simple coffre-fort de tests ADN
IBM finance CLS, bien plus qu’un simple coffre-fort de tests ADN © Roo Reynolds - Flickr - C.C.

IBM n’est pas actionnaire de Coriell Life Sciences (CLS), un spin-Off de du Coriell Institute for medical Research, impressionnante banque de données de cellules biologiques installée à Camdem, dans le New Jersey depuis 1963. IBM investit 10 millions de dollars dans cette start-up créée en janvier 2013, juste pour voir. Enfin presque. "Si cela marche, il pourrait entrer au capital", sait déjà Scott Megill, le PDG de la start-up. Voir carrément racheter l’entreprise. Mais on n’en est pas là.

L’entreprise de 15 personnes vient tout juste de lancer son activité de coffre-fort à tests ADN selon des règles de divulgation des résultats d’analyse définies par la personne concernée. Mais son véritable objectif est de fournir des services d’analyse de ces séquences, pour fournir des outils d’aide à la décision aux médecins ou aux chercheurs. Peu importe à CLS, qui a réalisé le séquençage. "L’intérêt est d’informer un médecin si un médicament, comme le Plavix (anticoagulant), va ou non fonctionner pour tel patient", explique Scott Megill.

CLS voudrait surtout devenir une place de marché de services d’interprétations ADN, accessible aux scientifiques et au corps médical associé à un endroit où les données des tests ADN seront stockées une fois pour toutes, avec la garantie que ne sortiront que les données nécessaires à l’interprétation.

Forcément, un tel service requiert d’importantes ressources informatiques en matière de stockages de données et de traitement, pour les services d’analyse. C’est là qu’intervient IBM, tant avec son matériel, que ses logiciels. Mais le géant informatique n’apporte pas que de l’argent et un savoir-faire à la start-up. "Ils sont aussi fournisseurs de matériel aux hôpitaux qui seront aussi nos premiers clients", explique le dirigeant. Un intermédiaire commercial de choix.

Testé sur 300 patients volontaires, dont Scott Megill lui-même, les services d’interprétations de Coriell Life Sciences devraient être lancés d’ici à la fin de l’année. Un premier contrat a été signé avec l’US Air Force pour travailler avec ses 2 000 médecins. "Mais notre plus gros marché sera plutôt en Europe et en Asie, ou l’inquiétude est bien plus grande qu’ici, en matière de respect de la vie privé", anticipe le dirigeant. À voir.

Aurélie Barbaux, à Camden, New Jersey

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale