Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

IBM met tout son poids derrière Ubuntu... face à Windows

Quelques semaines après l'annonce d'une première offre commerciale destinée aux pays émergents, Big Blue et Canonical (le sponsor de la distribution Linux Ubuntu) viennent d'étendre leur partenariat aux Etats-Unis. Ensemble, ils vont proposer aux entreprises de nouveaux services en ligne et des alternatives à Windows pour les postes de travail.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

IBM met tout son poids derrière Ubuntu... face à Windows
IBM met tout son poids derrière Ubuntu... face à Windows © DR

N'en déplaise à Microsoft, plutôt que d'investir leurs précieux deniers dans des licences Windows, les entreprises ont tout intérêt à s'appuyer sur Linux et / ou à virtualiser leurs stations de travail en s'appuyant sur des logiciels libres. C'est en substance le message que martèle IBM depuis un an. Son argument - « choc » en cette période de ralentissement des investissements dans les systèmes d'information - l'a déjà conduit fin 2008 à proposer de premiers bureaux virtuels sous Linux avec Canonical.

Plus récemment, IBM s'est allié à Canonical pour commercialiser dans les pays émergents de nouveaux packs réunissant la distribution Linux Ubuntu soutenue par ce dernier avec ses propres logiciels et services à la demande. Signe que l'expérience semble concluante, le duo va aujourd'hui proposer le même type d'offre aux Etats-Unis. Et en Europe ? Pas sûr... « Pour l'instant, nous n'avons aucune information à ce sujet », explique un porte-parole de la filiale française.

Des économies de 50% sur les postes Windows

Si les chiffres communiqués par IBM correspondent bien à la réalité, c'est bien dommage pour les DSI français en quête d'économies. Selon Big Blue, par rapport à un PC Windows de même caractéristique, le nouveau pack devrait offrir aux entreprises des gains de près de 50% sur les coûts des logiciels de chaque poste.

Baptisé IBM Client for Smart Work, le pack a été conçu pour être compatible avec les « netbooks » à bas coûts et les PC standards, actuellement utilisés en entreprise. Il comprend la suite bureautique IBM lotus Symphony, basée sur OpenOffice ; le client de messagerie Lotus Notes ou sa version en ligne LotusLive iNotes sortie en début de mois (proposée sur abonnement, à partir de 3 dollars par utilisateur et par mois) ; et, si besoin, d'autres outils LotusLive.com de collaboration et de réseaux sociaux (à partir de 10 dollars par utilisateur et par mois). Le tout est motorisé par Ubuntu, l'une des principales distributions Linux pour les postes de travail. Laquelle sera installée en local, sur les postes de travail, ou à distance sur des serveurs virtuels (à l'aide du logiciel de virtualisation de Virtual Bridges, un éditeur américain).

Une bonne nouvelle pour l'open source

Bien qu'elle ne soit pas encore disponible dans l'Hexagone, la nouvelle offre n'en est pas moins accueillie très positivement par les défenseurs du libre. « C'est une bonne nouvelle pour Ubuntu », nous signale Christophe Sauthier, président d'Ubuntu-fr, une association fédérant des utilisateurs français de cette distribution Linux. Le soutien de grands industriels comme IBM ne peut être qu'une bonne chose pour la pérennité de Linux et la valorisation d'Ubuntu », estime-t-il. Il rappelle en outre que la version serveur d'Ubuntu - concurrente de la distribution Linux de Red Hat - « a fait de grandes avancées dans le cloud computing dernièrement en intégrant Eucalyptus », un projet permettant aux entreprises de construire leurs propres nuages informatiques.

Christophe Dutheil

A lire aussi :

IBM ajoute un webmail à LotusLive

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

3 commentaires

laurence
26/10/2009 14h25 - laurence

J'applaudis cette nouvelle.
Espérons que la France ne donne pas une nouvelle fois l'image de l'anti-liberté en favorisant les lobbies...

Répondre au commentaire | Signaler un abus

laurence
26/10/2009 14h00 - laurence

J'applaudis cette nouvelle.
Espérons que la France ne donne pas une nouvelle fois l'image de l'anti-liberté en favorisant les lobbies...

Répondre au commentaire | Signaler un abus

laurence
26/10/2009 13h59 - laurence

J'applaudis cette nouvelle.
Espérons que la France ne donne pas une nouvelle fois l'image de l'anti-liberté en favorisant les lobbies...

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media