Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

IBM s’apprêterait à supprimer plus de 1 000 emplois en France, soit un quart de ses effectifs

La filiale française d’IBM s’apprête à supprimer entre 1180 et 1385 postes en France, soit près du quart de ses effectifs, selon des sources syndicales. Un plan social inédit pour Big Blue, dans un contexte de restructuration de ses activités au niveau groupe.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

IBM s’apprêterait à supprimer plus de 1 000 emplois en France, soit un quart de ses effectifs
IBM s’apprêterait à supprimer plus de 1 000 emplois en France, soit un quart de ses effectifs © 2016 Getty Images

Aucun secteur n’est épargné par la crise inédite provoquée par la pandémie de Covid-19. IBM France semble particulièrement affecté, avec, selon un communiqué du syndicat CFE-CGC IBM, un PSE imminent. Le géant de l’informatique s’apprêterait à licencier entre 1180 à 1385 postes, soit près du quart de ses effectifs. Aucun détail ne filtre sur la nature, volontaire ou non, de ces départs. IBM France n’a pas confirmé ni infirmé l’information.

Des ambitions assumées sur le cloud computing
Cette information s’inscrit dans le cadre de la réorganisation d’ampleur annoncée par Arwind Krishna, PDG d'IBM Corp depuis début 2020, qui consiste à scinder le géant américain en deux entités sociétés distinctes d'ici fin 2021. En octobre dernier, le dirigeant de Big Blue avait annoncé un changement d'organisation qui sépare les activités de cloud computing, la grande priorité de l'entreprise, et sa division de gestion d'infrastructure IT, qui va devenir une nouvelle société cotée en bourse et baptisée provisoirement NewCo.

IBM souhaite depuis plusieurs années réduire son activité traditionnelle au profit du cloud et affiche désormais ses ambitions sur le marché des logiciels et service de cloud hybride. La société américaine veut rattraper, elle qui est encore loin derrière. Une stratégie qui l'amène à casser régulièrement sa tirelire, comme l'ont montré les récentes acquisitions de TruQa et d'Instana. NewCo, la nouvelle entité prévue pour fin 2021, aura de son côté à charge de de gérer et moderniser les infrastructures informatiques de ses clients.

La CFE-CGC IBM a interpellé Béatrice Kosowsky, nouvelle présidente d'IBM France, "pour lui faire part des nombreuses questions que peuvent se poser salariés et clients" et demander "des garanties face à l'ampleur des restructurations". La situation est "comparable à celles d'IBM dans d'autres pays d'Europe de l'Ouest", déplore le syndicat ce 25 novembre. L’organisation s’appuie sur des sources syndicales allemandes, qui mentionnent jusqu'à 40 000 postes supprimés dans le monde, dont 10 000 en Europe.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.