Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

IBM veut simplifier l'informatique d'entreprise

Avec une solution intégrée matériel-logiciel, capable de s'autodiagnostiquer et s'autoconfigurer, Big Blue espère inverser la tendance de l'informatique à croitre en complexité. L'objectif ultime est de favoriser la migration des entreprises vers le Cloud.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

IBM veut simplifier l'informatique d'entreprise
IBM veut simplifier l'informatique d'entreprise © D.R. - IBM

"C'est l'iPad des serveurs", selon Alain Benichou, président d'IBM France. Le système PureSystems, lancé par le numéro mondial de l'informatique, est présenté comme une révolution de nature à faire rentrer l'informatique d'entreprise dans une nouvelle ère. Il s'agit d'une solution clé en mains, qui se veut plus simple, notamment grâce à  l'automatisant toutes les tâches de configuration, de diagnostic et de correction.

"Aujourd'hui, 70% des ressources informatiques en entreprises sont absorbées par la maintenance, laissant peu de moyens à l'amélioration de la production par le déploiement de nouvelles applications. La complexité, mesurée par le nombre de tâches nécessaires pour maintenir une application donnée, double tous les deux ans. A ce rythme, l'informatique risque devenir un frein, et non plus, un moteur de développement et d'innovation en entreprise", alerte le patron d'IBM France.

Modulaire selon les besoins de l'entreprise

Fruit d'un investissement de 2 milliards de dollars sur quatre ans, le système PureSystems intègre l'ensemble des éléments matériels et logiciels d'un système d'information. "Ce n'est pas un serveur mais un mini-Datacenter, combinant les avantages de robustesse des Appliances, ces boîtiers dédiés à une fonction précise, et les atouts de flexibilité du Cloud", surenchérit, Philippe Bournhonesque, responsable stratégie Software chez IBM France.

Dans un châssis, il combine le traitement, le stockage, la gestion réseau, la virtualisation et les applications. Il est associé à des modèles de déploiement et gestion d'application, et une console d'administration, grâce auxquels il pourra automatiser l'ensemble des taches de configuration et de correction.

Ce système se construit de façon modulaire selon les besoins de l'entreprise en s'appuyant, pour la partie traitement, sur des serveurs à lames à base de processeur Power 7 d'IBM ou Xeon E5 d'Intel. Il supporte les systèmes d'exploitation AIX, Red Hat, Linux, IBMi et Windows, et les logiciels de virtualisation VMWare, PowerVM, KVM et HyperV. Un modèle est disponible immédiatement, un autre le sera en juillet 2012.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media