Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Identité numérique : Monaco, un exemple à suivre ?

La Principauté de Monaco a déployé son service d'identité numérique en juin 2021, à l'issue de 18 mois de travail. Adossée à une nouvelle carte d'identité, l'identité numérique permet à ses 38 350 habitants d'accéder de façon sécurisée à des services publics et privés en ligne. Julien Dejanovic, directeur des Services numériques au sein du gouvernement de Monaco, revient pour L'Usine Digitale sur la genèse et la mise en place de cet ambitieux projet. Ce chantier est beaucoup moins avancé en France, alors que Bruxelles souhaite doter chaque citoyen, résident et entreprises européens d'un portefeuille d'identité numérique d'ici octobre 2022.  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Identité numérique : Monaco, un exemple à suivre ?
Identité numérique : Monaco, un exemple à suivre ? © IN Groupe

"Devenir 'le Singapour de l'Europe' dans le numérique". Voici l'ambition de la Principauté de Monaco, d'après Julien Dejanovic, directeur des Services numériques au sein du gouvernement de Monaco, sollicité par L'Usine Digitale. Parmi les chantiers en cours, l'identité numérique avait été élevée au rang de priorité par le Rocher.

Le pari est réussi puisque les 38 350 habitants de Monaco, dont 9571 de nationalité monégasque, peuvent bénéficier depuis juin 2021 d'une identité numérique entièrement gratuite pour accéder à des services publics et privés en ligne de façon simplifiée et sécurisée.

Un chantier de 18 mois
Les travaux ont débuté il y a trois ans et se sont accélérés avec l'adoption de la loi du 17 décembre 2019, qui a créé un cadre juridique à l'identité numérique monégasque. "Le projet a duré 18 mois entre le moment où la loi a été votée et celui où les premières cartes d'identité numérique sont sorties", raconte Julien Dejanovic. "C'est un laps de temps assez court. Nous avons su faire preuve d'agilité liée au contexte de la Principauté : nous sommes une petite administration", ajoute-t-il.

"La force du projet est d'avoir associé une identité numérique à une identité régalienne, c'est-à-dire un titre d'identité physique délivré par Monaco", note Julien Dejanovic. En effet, pour disposer d'une identité numérique, les habitants doivent d'abord s'équiper d'une nouvelle carte d'identité pour les Monégasques et d'un titre de séjour pour les résidents (qui n'ont pas la nationalité). Ce nouveau titre peut être délivré par la mairie de Monaco même si l'ancien est toujours valide.

Une identité numérique optionnelle
L'enrôlement s'effectue au moment de la délivrance de la carte par des agents assermentés par l'Etat, ce qui permet d'attester que la personne est bien celle qu'elle prétend être. L'activation de l'identité numérique reste à la discrétion des habitants, précise Julien Dejanovic. "Nous n'imposons pas le numérique. Il vient en supplément de la dimension physique. Nous ne dématérialisons pas les démarches pour fermer des services physiques. Nous ne voulons pas retirer le côté humain de la Principauté de Monaco."

En pratique, deux choix s'offrent à la personne pour activer son identité numérique. Si son smartphone est équipé de la technologie NFC (sans contact), l'activation se fait directement sur l'application dédiée MConnect, qui permet également de se connecter aux services en ligne. A défaut, l'installation se fait sur une borne à la Mairie ou à la Direction de la Sûreté Publique.

Pour se connecter à MConnect, l'utilisateur doit poser sa carte sur son smartphone. Pour les personnes ne disposant pas d'un smartphone doté de la technologie NFC, un boîtier dédié a été créé. Branché sur un ordinateur, il permet de s'authentifier en insérant sa carte d'identité à l'intérieur.

L'utilisateur doit également rentrer un code PIN préalablement choisi (à cinq chiffres pour se connecter via un ordinateur et six chiffres via un smartphone). "Cela permet d'éviter qu'une personne trouve une carte et ne puisse l'utiliser", indique le directeur.
 


L'entreprise IN Groupe chargée de l'aspect technique
Tout l'aspect technologique a été développé par IN Groupe, sélectionné dans le cadre d'un appel d'offres. Cette entreprise française est spécialisée dans la fabrication de documents sécurisés (carte d'identité et passeport) et fournit des applications d'identification d'utilité publique. La solution repose sur les standards interopérables OSIA et OIDC développés par la Secure Identity Alliance, un groupement européen d'intérêt économique (GEIE) ayant pour objectif de favoriser l’accès pour tous à une identité juridique fiable.

La souveraineté a été placée au centre des préoccupations. Ainsi, l'ensemble des données transitant par l'application MConnect est exclusivement hébergé sur le territoire monégasque et par une infrastructure publique développée pour l'occasion.

Julien Dejanovic refuse de dévoiler le montant total du projet. Il précise seulement qu'une trentaine de personnes était impliquée à plein temps dans le chantier de l'identité numérique aux côtés des équipes d'IN Groupe.

Des cas d'usages ayant vocation à s'élargir
Les cas d'usage de l'identité numérique ont été au cœur de l'élaboration du chantier. "Il est essentiel de penser à la finalité de ce type de dispositif, indique le directeur. Il ne faut pas faire une identité numérique juste pour cocher une case. L'objectif est de faciliter les démarches pour la population".

Aujourd'hui, les cas d'usages sont assez restreints mais ont vocation à rapidement s'élargir. Via l'application MConnect, les personnes peuvent demander la délivrance de certains actes civils ainsi que s'authentifier auprès de l'opérateur Monaco Telecom et la Société Monégasque de l'Electricité et du Gaz (SMEG). Dans un second temps, il sera également possible de souscrire à un contrat, déclare le directeur.

En octobre, les citoyens et résidents pourront également accéder à un nouveau guichet unique regroupant l’ensemble des démarches administratives du service public. "D'ici la fin 2022, nous souhaitons que l'ensemble des démarches essentielles soient disponibles sur le guichet", précise Julien Dejanovic. Des démarches liées au recrutement et à la création d'entreprises seront aussi disponibles.

Deux tiers de la population équipés d'ici 2022
Ces cas d'usage suffiront-ils à convaincre les habitants de Monaco ? C'est désormais le principal défi à relever. Jusqu'à présent, autour de 70% des 2500 personnes ayant créé une nouvelle carte d'identité ou de séjour ont accepté de créer une identité numérique. Un chiffre conforme aux prévisions, d'après Julien Dejanovic, qui précise que l'été n'est pas une période propice au renouvellement des titres d'identité. "Nous visons les deux tiers de la population d'ici 2022", projette-t-il.

Avec son identité numérique fraîchement déployée, Monaco se targue d'être "dans le top 5 des pays les plus avancés en la matière", avance le directeur, qui reconnaît que les spécificités géographiques et administratives de Monaco sont des atouts significatifs. "L'identité numérique nécessite de travailler à la fois sur les titres physiques et sur le concept de l'identité numérique. Cela nécessite d'avoir une capacité transverse à fédérer un certain nombre d'acteurs pour tendre vers un objectif commun", conclut-il. 

Bien qu'il ne puisse pas être répliqué, l'exemple monégasque pourrait inspirer la France. Le chantier de l'identité numérique y a été lancé il y a plusieurs années mais est assez chaotique. L'application Alicem, qui doit permettre à chaque citoyen de prouver son identité sur Internet de manière sécurisée à l'aide de son smartphone, n'est toujours pas opérationnelle.

Le gouvernement français semble néanmoins vouloir accélérer les choses. En mai dernier, Atos, Sopra Steria, Idemia et Idakto ont été choisis pour développer un système de gestion de l'identité numérique. En revanche, aucun calendrier n'a été fixé.

Bruxelles se lance dans l'identité numérique
Au niveau européen, le sujet de l'identité numérique a pris un tournant majeur depuis la présentation par la Commission européenne de sa stratégie en juin dernier. L'ambition est élevée : doter chaque citoyen, résident et entreprise européens d'un portefeuille d'identité numérique d'ici octobre 2022.

Le dispositif permettra de s'identifier numériquement, de stocker et de gérer des données d'identification et des documents officiels sous format électronique. Ainsi, il fera un lien entre leur identité numérique nationale et la preuve d'autres attributs personnels – comme le permis de conduire, les diplômes ou encore un compte bancaire – via un smartphone.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.