Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Idosens, Finsecur : pourquoi ils misent déjà sur la technologie LoRa

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Les réseaux LoRa ne sont pas encore déployés en France… mais déjà, les constructeurs d'objets sont prêts. Idosens voit en LoRa un moyen de d'étendre la portée de la smart home, tandis que le spécialiste du risque incendie Finsecur en fait une alternative crédible aux technologies filaires, dépendantes du réseau électrique.

Idosens, Finsecur : pourquoi ils misent déjà sur la technologie LoRa
Idosens, Finsecur : pourquoi ils misent déjà sur la technologie LoRa

Les réseaux LoRa d'Orange et Bouygues ne sont pas encore déployés en France… mais déjà, les fabricants d'objets connectés sont dans les starting-blocks. Avec, dans leurs cartons, des objets pas seulement destinés aux professionnels mais aussi au grand public.

 

Pour Idosens, LoRa ouvre des portes vers de nouveaux business

Pour preuve, la start-up Idosens lance la commercialisation du premier produit B2C basé sur la technologie LoRa, un capteur multifonctions. Mais attention : la base domotique imaginée par la start-up grenobloise créée en mars dernier n'est pas encore 100% LoRa.

 

Le protocole n'est utilisé que pour faire communiquer les capteurs disséminés dans la maison et ses dépendances avec la base centrale, pas pour communiquer avec l'extérieur. Pour cela, une connexion GPRS a été privilégiée dans cette première version. "Techniquement, la version 100% LoRa est prête, mais les réseaux ne le sont pas", argumente François Hédé, créateur de la start-up. Cette solution permet aussi d'inclure deux ans d'abonnement GPRS valable dans toute l'Europe à l'achat de la base et de son capteur (vendus 194 euros). Impossible de savoir si ce modèle d'offre avec abonnement inclus sera possible avec du 100% LoRa puisque les opérateurs n'ont pas encore dévoilé leur positionnement tarifaire.

 

Pour Idosens, l'avantage de LoRa est qu'il permet d'apporter de la connectivité dans des endroits isolés de la maison, là où s'arrête la portée des réseaux classiques : garage, cave, abri de jardin… Des lieux qu'il peut justement être utile de surveiller avec des capteurs de mouvement, de température, de luminosité. La start-up a imaginé d'autres cas d'usage : "coller un capteur dans le congélateur, pour détecter une éventuelle panne, dans la cave à vin, sur un scooter garé en bas de son domicile, sur sa boite aux lettres…" énumère le fondateur.

 

 

 

 

Frédéric Hédé n'a pas vraiment hésité au moment de choisir entre Sigfox et LoRa car il n'est autre que l'ancien président de Cycleo, cette start-up grenobloise rachetée par Semtech qui a inventé la technologie LoRa. C'est donc un converti de la première heure qui croit fort à l'avenir de ce protocole de communication. Pour lui, il va permettre de passer de la smart home à l' "extended home", avec une portée de plusieurs centaines de mètres autour de la base LoRa permettant de générer de nouveaux usages.

 

LoRa, de la connectivité fiable et à bas coût pour Finsecur

De son côté, Finsecur, champion caché des objets connectés, n'est plus vraiment une start-up (avec 300 salariés et 55 millions d'euros de CA) mais elle s'intéresse aussi de près à LoRa. L'entreprise utilise déjà la technologie radio pour faire communiquer plusieurs détecteurs d'un même bâtiment. Elle travaille aussi à connecter ses détecteurs incendie, plus seulement en réseau local mais vers l'extérieur.

 

Et c'est LoRa que l'entreprise a choisi, "principalement pour sa robustesse", résume Christophe Bonazzi, PDG de Finsecur. Pour ce cas d'usage, LoRa a été préféré à Sigfox "car la détection incendie a besoin d'une bi-directionnalité symétrique", explique-t-il. "Sigfox annonce que la techno est bi-directionnelle mais elle l'est que de façon épisodique : il y a beaucoup d'allers et peu de retours. Nous devons pouvoir choisir quand on communique sans contrainte dans les deux sens, aussi bien quand on donne l'alerte que quand on veut savoir si un détecteur est actif ou connaître le niveau de charge de ses piles".

 

Un paramètre clé pour un secteur dans lequel aucune défaillance n'est permise. "Tout est extrêmement réglementé. Nous concevons des équipements qui doivent toujours être en état de marche mais, dans le meilleur des cas, ne sont jamais utilisés. On cherche donc tous les moyens nous permettant de s'assurer que les matériels restent fonctionnels à un coût maitrisé", explique le PDG. Les réseaux tels que LoRa y contribueront "en optimisant la maintenance et les interventions humaines", juge-t-il, et pour des coûts de communication très bas.

 

 

 


LoRa est aussi un moyen pour l'entreprise de poursuivre son offensive B2C. La version LoRaWAN de son détecteur de fumée Calypso est d'ores et déjà prête. "On attend que les réseaux soient déployés pour lancer la fabrication de masse, mais on a déjà mené des tests à l'échelle de villes, notamment à Grenoble avec Orange", indique Olivier Comets, responsable de l'Internet des objets au sein de Finsecur.

 

Finsecur pense que des contrats signés avec de gros clients (comme des assureurs et des gestionnaires de bâtiments) pourront orienter les déploiements futurs des opérateurs. Il veut donc travailler en partenariat avec les acteurs comme Bouygues et Orange qui ont tous les deux indiqué qu'ils étaient prêts à densifier leurs réseaux localement pour répondre aux besoins de gros clients. En faisant partie des pionniers de cette technologie, Finsecur espère prendre de l'avance sur des concurrents plus gros mais moins agiles.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

2 commentaires

Alexandre

13/04/2016 19h08 - Alexandre

"Nous devons pouvoir choisir quand on communique sans contrainte dans les deux sens, aussi bien quand on donne l'alerte que quand on veut savoir si un détecteur est actif ou connaître le niveau de charge de ses piles". C'est surconsommé du WATT ...du coup faire baisser la durée de vie de l'objet mais il suffit de le savoir, pour moi SigFox, Lora, c'est comme Bluetooth Zigbee tout dépend de l'usage que l'on souhaite en faire

Répondre au commentaire | Signaler un abus

GENC

02/03/2016 16h01 - GENC

"les opérateurs n'ont pas encore dévoilé leur positionnement tarifaire." , avons nous plus d'informations concernant les offres tarifaires? date, prix, ...

Répondre au commentaire | Signaler un abus

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale