Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Iliad, candidat exclusif au rachat d'Alice

La maison mère de Free est entrée en négociations exclusives avec Telecom Italia pour le rachat du fournisseur d'accès Alice. Pour 800 millions d'euros, Free deviendra numéro deux de l'accès haut débit en France.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Iliad, candidat exclusif au rachat d'Alice
Iliad, candidat exclusif au rachat d'Alice

Le groupe Iliad, maison mère de Free, a annoncé des négociations exclusives en vue de prendre le contrôle du fournisseur d'accès Alice, filiale française de Telecom Italia. L'opération devrait être finalisée à la fin du troisième trimestre. « Le prix payé serait fondé sur une valeur d'entreprise maximum de 800 millions d'euros et serait soumis à certaines clauses d'ajustement », indique Iliad dans un communiqué.

Free devant Neuf Cegetel. Alice, qui compte 940.000 abonnés, est le quatrième fournisseur d'accès en France, derrière Orange, Neuf Cegetel et Free. Il détient un peu plus de 6 % de parts de marché sur l'accès ADSL. Grâce à Alice, Free repasserait ainsi devant Neuf Cegetel, avec près de 26 % de parts de marché et 4 millions d'abonnés, contre 3,2 pour Neuf Cegetel à fin 2007, dans un contexte où la croissance du nombre de nouveaux abonnements ADSL ralentit. La croissance des nouveaux abonnés chez Free a ainsi reculé de 9 % entre 2006 et 2007. Chez Alice, les recrutements ont subi une chute de plus de 45 % sur la même période.

Un parc plus étendu d'abonnés est un atout dans la course à la migration vers le très haut débit, estime Roland Montagne, responsable du pôle Haut débit à l'Idate, dans la mesure où les niveaux d'investissements requis réclament un taux de migration rapide, d'autant plus facile à atteindre que le nombre d'abonnés est élevé. Autre avantage : dans un contexte où les opérateurs télécoms se diversifient dans les contenus, comme le fait Orange, une base d'abonnés large est un argument supplémentaire pour négocier des droits. 

Prochaine étape : le mobile. En revanche, cette acquisition ne résout pas tous les problèmes de Free. « Jusqu'à présent, la stratégie de croissance de Free était essentiellement organique. Une opération de croissance externe représente un défi en termes d'intégration opérationnelle. Alice n'apporte pas non plus de réponse aux problématiques de  développement dans les offres fixe - mobile », explique Roland Montagne.

La stratégie d'Iliad dans le domaine de la convergence fixe - mobile repose sur le WiMAX et l'acquisition de la quatrième licence 4G. Les 800 millions d'euros dépensés dans le cadre du rachat d'Alice ne devraient pas empêcher le groupe d'investir dans le mobile. Le directeur financier d'Iliad, Thomas Reynaud, a déclaré à DowJones Newswire à propos de la dette devant financer l'opération : " C'est une dette d'acquisition qui est très raisonnable, il existe une visibilité très forte sur le remboursement, qui proviendra des synergies fiscales et de la génération de free cash flow ". La dette nette du groupe s'élevait fin 2007 à 114,9 millions d'euros.

Quel avenir pour Numericable ? En rachetant Alice, Free s'apprête à coiffer au poteau Numericable et Neuf Cegetel, qui s'étaient montrés intéressés par la filiale de Telecom Italia. La nouvelle donne fait peser de nouvelles incertitudes sur Numericable qui, avec environ 5 % de parts de marché sur les accès haut débit, ne pèse pas lourd. Le câblo-opérateur va devoir se concentrer sur le déploiement de ses offres de fibre optique s'il veut subsister dans le paysage du haut débit français. De quoi relancer les rumeurs de rapprochement avec Free, évoqué par l'un des actionnaires de Numericable, Carlyle, en décembre dernier.


Raphaële Karayan
 

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale