Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Iliad tenté par la Grande-Bretagne

Selon le Financial Times, Xavier Niel aurait manifesté son intérêt pour une implantation au Royaume-Uni auprès du régulateur local des télécoms. Comme en France, le rapprochement de deux grands opérateurs, Three et O2, devrait provoquer la libération d’actifs qui pourraient tenter le fondateur d’Iliad. Un moyen de jouer un rôle dans la consolidation européenne.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Iliad tenté par la Grande-Bretagne
Iliad tenté par la Grande-Bretagne © E. Delsol

Selon le Financial Times, le groupe Iliad, maison mère de Free, aurait signalé au régulateur britannique des télécoms son intérêt pour une implantation au Royaume-Uni. Outre-Manche, le Hongkongais Hutchison, maison mère de Three, a fait une offre sur le numéro un O2. Mais comme en France avec la possible acquisition de Bouygues Telecom par Orange, un tel rapprochement ne se fera pas sans concession des deux parties aux autorités de la concurrence. O2 dispose ainsi de près de 22% du marché mobile et Three 11%. Comme en France, les deux acteurs seront à coup sûr contraints de céder certains actifs pour ne pas se retrouver en situation dominante. Fréquences, réseau, abonnés… qui pourraient tenter Iliad.

 

La conquête française de l'Europe

Iliad ne fait plus mystère de ses ambitions au-delà des frontières. En 2014, il a même tenté, sans succès, de mettre la main sur l’Américain T-Mobile. Mais la tentation européenne semble la plus forte. Les grands opérateurs français rêvent tous de jouer un rôle dans le marché numérique unique. Orange, qui s’impose déjà, de loin, comme l’un des géants du continent, a continué de se développer en abandonnant – justement – la Grande-Bretagne mais en absorbant l’Espagnol Jazztel. Altice (SFR-Numericable) avance aussi ses pions en jouant la carte de la convergence fixe-mobile en France, au Portugal, en Israël.

 

Participer à la consolidation

En 2014, Xavier Niel a acquis, via sa holding personnelle, Monaco Telecom puis Orange Suisse. Et fin octobre 2015, il a fait grimper à 15,143% ses options dans Telecom Italia. En décembre, il avait déclaré au quotidien La Stampa s’intéresser à l’opérateur entre autres car il pourrait devenir "un des consolidateurs du marché européen". C’est sans doute le même appétit qui le conduit à tenter une traversée de la Manche.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale