Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Impact limité du plan social de Microsoft en France, selon la direction

Microsoft France s’apprête à mettre en œuvre le plan social annoncé en juillet 2014 niveau mondial. Mais, selon la direction, l’impact serait limité à quelques postes. Les cas concernés seraient gérés en grande partie dans le cadre de la mobilité interne.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Impact limité du plan social de Microsoft en France, selon la direction
Impact limité du plan social de Microsoft en France, selon la direction © Flickr CC - Robert Scoble

L’annonce en juillet 2014 par Satya Nadella, le patron de Microsoft, d’un plan de suppression de 18 000 postes, soit 14% des effectifs au niveau mondial, suscite des craintes chez les 1760 salariés du groupe en France. A la veille d’un CE extraordinaire, la direction de Microsoft France rassure. "L’impact en France sera limité. Le plan va toucher seulement quelques postes. Le problème sera réglé en grande partie par la mobilité interne", affirme Yves Grandmontagne, directeur des ressources humaines, lors de la conférence de presse annuelle, tenue ce 24 septembre 2014, au siège de l’entreprise à Issy-les-Moulineaux.

Alors que Satya Nadella veut aller vite en éliminant 13 000 postes dès cette l’année, Alain Crozier, PDG de Microsoft France, se donne au contraire du temps pour aligner la structure en France sur la nouvelle stratégie du groupe. "Nous avons devant nous un an pour nous réorganiser", estime-t-il. En effet, le plan social court jusqu’à fin 2015.

Les ex. Nokia principaux concernés

Microsoft dispose en France de plusieurs entités juridiques distinctes dont Microsoft France, Microsoft International et Microsoft Engineering Center, qui représentent ensemble environ 1700 salariés. Depuis l’acquisition des terminaux mobiles de Nokia en mars 2014, s’est ajoutée une autre entité : Microsoft Devices & Services, qui compte environ 60 personnes. Un chiffre qui explique le faible impact du plan social en France, puisque les deux tiers des suppressions d’emplois envisagées au niveau mondial (12 500 postes) concernent l’activité mobile issue de Nokia.

La direction insiste aussi sur la solidité des performances de Microsoft en France, même si Alain Crozier refuse de dévoiler les derniers résultats financiers de l’entité qu’il dirige. Sur l’exercice précédent clos le 30 juin 2013, Microsoft France affiche un chiffre d’affaires de 570 millions d’euros, en progression de 7,2%, et un bénéfice net de 40 millions d’euros, en augmentation de 2%.

Selon Pascal Vaché, délégué CGT, le CE extraordinaire devrait aborder le problème des doublons d’emplois dans les mobiles au sein des entités Microsoft France et Microsoft Devices & Services. La direction ira-t-elle jusqu’à proposer l’intégration de Microsoft Devices & Services au sein de Microsoft France ? C’est possible.

Ridha Loukil

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale