Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Impression 3D : HP élargit les cas d'usage industriels grâce à un nouveau polypropylène signé BASF

HP élargit son portefeuille de matériaux en y ajoutant une nouvelle catégorie de polypropylène, le 3D High Reusability Polypropylene. Créé en partenariat avec BASF, ses propriétés (résistance chimique, faible absorption d'humidité, durabilité) vont ouvrir de nouveaux cas d'usage dans les secteurs de l'automobile, de l'énergie, des biens de consommation et du médical. Il promet également un rendement élevé tout en minimisant les déchets grâce à une réutilisation complète de la poudre non utilisée.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Impression 3D : HP élargit les cas d'usage industriels grâce à un nouveau polypropylène signé BASF
Impression 3D : HP élargit les cas d'usage industriels grâce à un nouveau polypropylène signé BASF

HP annonce le 4 juin 2020 le lancement d'une nouvelle catégorie de polypropylène (PP), le 3D High Reusability Polypropylene. Mis au point en partenariat avec le géant chimique allemand BASF, ce matériau va permettre de multiplier les applications de la fabrication additive dans l'industrie. Il est compatible avec l'imprimante 3D Jet Fusion 5200.

Des propriétés clés

Le polypropylène appartient à la famille des thermoplastiques et est très largement utilisé dans pour la fabrication traditionnelle (moulage par injection). Le 3D High Reusability Polypropylene de BASF en possède les mêmes propriétés clés : c'est un matériau polyvalent, durable, peu sensible à l'humidité et chimiquement résistant. "C'est un ajout très important car ce nouveau matériau a des propriétés uniques couplées un coût très bas", s'est félicité Ramon Pastor, président de l'impression 3D et de la fabrication numérique au sein de HP. Il est idéal notamment pour transporter ou contenir des liquides.

Il pourra être utilisé dans l'automobile (système de chauffage, ventilation et climatisation), le refroidissement industriel (tuyauterie), les biens de consommation (appareils électroménagers) et le médical (orthèses). Les constructeurs automobiles pourront par exemple tirer parti de ses propriétés pour le prototypage et la production de pièces finales autant pour la carrosserie que pour les pièces critiques du moteur. De plus, le 3D High Reusability Polypropylene promet un rendement de production élevé tout en minimisant les déchets grâce à une réutilisation complète de la poudre non utilisée.

Pour développer de nouvelles applications, HP a aussi annoncé une série de partenariats avec différentes entreprises : Extol, spécialisé dans l'ingénierie et l'innovation en matière plastique, GKN Powder Mettalurgy, qui fabrique des poudres métalliques destinées à la fabrication additive et aux applications automobiles et industrielles, ainsi que le groupe chimique allemand Henkel, le plasturgiste Oechsler, et Prototal, un spécialiste de l'impression 3D.

Elargir les usages de l'impression 3D, un défi majeur

Ce n'est pas la première fois qu'HP travaille avec BASF pour élargir son portefeuille de matériaux et multiplier les cas d'usage de la fabrication additive. Les deux entreprises ont déjà développé l'Ultrasint TPU01, un polyuréthane thermoplastique. Idéal pour la production de pièces nécessitant une absorption des chocs et une certaine flexibilité, l'Ultrasint TPU01 permet d'imprimer des équipements de protection de sport, des chaussures, des modèles orthopédiques, des composants intérieurs de voiture… Interrogé par L'Usine Digitale, le directeur de l'impression 3D chez HP France, Nicolas Aubert, expliquait que l'élargissement et la diversification du portefeuille de matériaux est un défi majeur pour que la fabrication additive prenne plus d'ampleur.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.