Impression 4D : les objets s’assemblent eux-mêmes

Alors que l’impression 3D bon marché s’apprête à révolutionner l’industrie manufacturière, l’impression 4D point déjà à l'horizon.

Partager
 Impression 4D : les objets s’assemblent eux-mêmes

C’est lors d’une intervention à la conférence TED à Long Beach (Californie), le 26 février, que Skylar Tibbits, directeur de recherches au MIT Self Assembly Lab, a dévoilé le 4D printing. Elaborée en collaboration avec le constructeur israélien d’imprimantes 3D Stratasys, cette technologie permet aux objets imprimés de changer après leur impression, de s’adapter. L'éditeur de logiciel de conception et de visualisation 3D Autodesk est également impliqué dans le projet.

Elle introduit une dimension temporelle dans la vie de l’objet. L’impression n’est plus l’objectif final, c’est une étape dans le processus de fabrication. "C’est comme de l’intelligence naturellement embarquée dans le matériau", déclare Tibbits. Et la technologie peut s’appliquer à différents types de matériaux, pas seulement le plastique traditionnellement utilisé dans les imprimantes 3D. "C’est comme de la robotique, mais sans fils ni moteurs. [...] Imaginez que les tuyaux d’eau puissent s’élargir ou se contracter... ou même onduler pour déplacer l’eau elle-même", explique le chercheur.

Dans la vidéo ci-dessous, une structure tubulaire imprimée dans une combinaison d'un polymère synthétique capable de s’élargir de plus de deux fois son volume et d’un autre polymère qui, lui, reste rigide, est plongé dans l’eau. Cette association précise des deux matériaux conduit l’objet à se transformer sous l’action de l'eau selon une géométrie prédéfinie.

Les applications industrielles sont nombreuses et Tibbits déclare qu’il travaillera avec des sociétés privées sur des applications comme le mobilier, et éventuellement l’aéronautique et la construction. Toute industrie qui pourrait trouver un bénéfice dans le changement d'un objet après sa fabrication est susceptible d'être intéressée. Une voiture pourrait ainsi s’adapter à la pluie, ou une tasse de café à la chaleur de son contenu. En effet, si pour le moment l'eau est le seul déclencheur de modification de l'objet imprimé, le scientifique imagine pouvoir utiliser également du son, des vibrations ou encore des variations de température.

Pierre Tran

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Innovation

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS