Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Industrie 4.0 : Comment Actini a utilisé des lunettes connectées pour continuer à opérer durant la pandémie

Étude de cas Avec l'impossibilité de se déplacer physiquement pour valider les spécifications de ses équipements avec les clients, les installer sur site ou en faire la maintenance, le groupe industriel Actini s'est tourné vers la solution de de réalité augmentée Vuforia Chalk de PTC et les lunettes connectées de Realwear.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Comment Actini a utilisé des lunettes connectées pour continuer à opérer durant la pandémie
Industrie 4.0 : Comment Actini a utilisé des lunettes connectées pour continuer à opérer durant la pandémie © Groupe Actini

La pandémie de Covid-19 – et les nécessaires confinements qui ont suivi à travers le monde – a fortement perturbé les opérations des entreprises en mars 2020. En particulier des industriels, dont les déplacements sur les sites de production sont soudainement devenus très compliqués voire impossible.

Ce fut le cas du groupe français Actini, qui se spécialise depuis plus de 60 ans dans la fabrication et l'installation d'équipements de traitement thermique pour les secteurs agroalimentaire et biopharmaceutique. Basé à Evian-les-Bains, son activité a démarré avec la pasteurisation du lait avant d'évoluer vers d'autres usages de stérilisation et la décontamination. Il est aujourd'hui présent dans plus de 65 pays.

Pallier l'impossibilité de se déplacer
"Nous sommes fortement tournés vers l'international, et avec le confinement il a été tout de suite très difficile de se déplacer pour mettre en service nos installations, comme par exemple des machines qui permettent aux laboratoires pharmaceutiques de désinfecter les effluents liquides, c'est-à-dire les eaux utilisées dans la fabrication de vaccins et médicaments avant leur rejet à l'égout," explique Alexandre Baud, customer service manager chez Actini.

Ces équipements vont de la petite machine entre les paillasses de la taille d'un évier, qui gère 70 litres par jour, jusqu'à l'équipement lourd de 5 mètres de long par 3 m de large pour un traitement continu de 10 000 litres par heure. Actini compte parmi ses clients des grands noms comme Sanofi, GfK, Pfizer ou MSD.
 


"Les projets continuaient, il fallait continuer d'échanger de manière qualitative avec les clients. Nous avons fait des conférences téléphoniques au début, mais ce n'était pas confortable car pas assez interactif et nous n'avions pas les mains libres." Actini a donc rapidement regardé les alternatives sur le marché et s'est équipé de deux casques Realwear avec Vuforia Chalk, profitant d'une offre de PTC qui a mis gratuitement sa solution à disposition des industriels durant la pandémie.

Des fonctionnalités simples mais efficaces
Vuforia Chalk permet de partager un flux vidéo en temps réel et si nécessaire d'y dessiner en 3D de façon spatialisée pour indiquer une zone ou action spécifique. Des fonctionnalités simples mais qui suffisent pour de l'expertise à distance de ce type. "Nous avons pu continuer de recevoir les machines chez nous avec les clients présents en distanciel, et qui nous envoyions les lunettes au préalable et qui pouvaient contrôler que tout allait bien, poursuit Alexandre Baud. Ils pouvaient voir en direct quand on tournait autour de la machine, et pouvaient indiquer visuellement ce qu'ils voulaient voir même si on ne se comprenait pas bien à l'oral."

De quoi assurer la continuité de service pour les procédures de validation aux différents stades des projets, en sachant qu'Actini pouvait déjà prendre la main à distance sur l'installation par VPN. "Cela nous a aidé pendant toute la période de pandémie. Nous avons commencé à nous redéplacer depuis, mais certains pays restent encore fermés, notamment le Japon notamment ainsi que l'Australie. Nous l'utilisons un peu moins désormais mais nous n'allons pas l'arrêter, notamment car cela limite l'empreinte environnementale et parce que certains clients ne veulent plus se déplacer pour des contraintes de temps."

Au pic de la pandémie, les deux appareils Realwear étaient utilisés en permanence, mais c'est aujourd'hui "entre 40 et 60% du temps" suivant les périodes de mises en service, d'après Alexandre Baud. Actini utilise également Vuforia Chalk par smartphone, pour les dépannages urgents à distance. "C'est très pratique et cela nous permet de guider les clients pas à pas. Ça nous rend plus performant."
 


Cependant l'aspect "mains libres" reste le point fort de la solution pour Actini. "J'ai le souvenir d'un client au Koweït que je guidais pour démonter une cartouche de chauffe sur une chaudière. Il me montrait avec son téléphone et il fallait qu'il le pose entre chaque opération, ce qui nous faisait perdre beaucoup de temps. Avec les lunettes cela aurait été beaucoup plus fluide." Il estime le gain de temps à environ 25%.

Possibilité de créer des guides 3D interactifs
A l'avenir, les équipes d'Actini réfléchissent à utiliser des lunettes de réalité augmentée pour créer des guides d'utilisation 3D interactifs (contrôlés par commande vocale) pour la mise en service des machines et la maintenance de premier niveau. Un dispositif plus complexe à mettre en œuvre.

"Notre seul frein à y aller c'est que nos machines ne sont pas standardisées, elles sont adaptées à chaque cas, indique Alexandre Baud. En tant que PME nous n'avons pas forcément les ressources pour avoir une personne à temps plein dessus, mais c'est un cas d'usage très prometteur pour qu'un opérateur non spécialisé puisse effectuer ces tâches, ou même que quelqu'un de bien formé puisse n'oublier aucune étape s'il n'est pas familier avec cette machine spécifique ou n'est pas intervenu dessus depuis un moment."

L'autre frein se situe pour le moment du côté des clients. Par mesure de sécurité, les laboratoires pharmaceutiques limitent sévèrement les possibilités de connexion à distance. "Les métiers y sont favorables, ce sont en général les directions des systèmes d'information qui sont réticentes", une situation qui pourrait être amenée à évoluer à mesure que ces usages se démocratisent.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.