Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Infographie : Deezer peut-il vraiment jouer sur la scène internationale ?

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

A travers un communiqué laconique daté du 27 octobre 2015, Deezer a annoncé reporter son entrée en bourse. La raison n'a pas été clairement expliquée. Elle pourrait être liée à un manque de rentabilité. Mais la plate-forme de streaming audio française doit-elle pour autant palir face à la concurrence internationale ? Quels sont les business models les plus efficaces ? Tour d'horizon.

 

Deezer, spotify, et les autres

 

Deezer, numéro 2 sur le marché français cherche à marcher dans les traces de Spotify, leader du secteur. Ce dernier annonçait en avril 2015 valoir 8,4 milliards dollars. Pour autant, le marché de l'écoute de musique en ligne n'appartient pas qu'aux pure players de ce créneau : les nouveaux entrants comme Google Music (faute de chiffres communiqués, ce dernier ne sera pas intégré à nos graphiques) ou surtout Apple Music pourraient sérieusement entamer leurs parts de marché. 

 

  Deezer Spotify Apple Music Pandora Google Music
Nombre d'utilisateurs actifs (millions) 16 75 15 79,2 NC
Nombre d'abonnés (millions) 6 20 6.5 3 NC
Taille du catalogue (millions de titres) 35 30 30 2 30
CA 2014 141,9 millions d’euros 1,3 milliards de dollars NA 311,16 millions de dollars NA
Pertes 2014 27 millions d’euros 197 millions de dollars NA NC NA

 

La bataille du streaming audio : les principaux compétiteurs européens et américains

 

Qui est le leader ? Si Spotify est celui qui gagne le plus d'argent avec ce business (1,3 milliard de dollars de chiffre d'affaires en 2014) ce n'est pas lui qui rassemble le plus d'utilisateurs actifs : il s'agit de l'américain Pandora, avec 79,2 millions d'utilisateurs actifs, sur près de 250 millions d'inscrits. Pas de quoi faire peur à Spotify pour autant, en tout cas sur son terrain : Pandora est purement et simplement inacessible pour les internautes ne résidant pas aux Etats-Unis, en Australie ou en Nouvelle-Zélande. Il souffre également d'un catalogue réduit de 2 millions de titres seulement, soit moins de 10% du catalogue de Deezer, de Spotify ou d'Apple Music... et vit une véritable hémorragie d'utilisateurs.

 

 

Nombre d'utilisateurs actifs des principaux sites de streaming européens et américains

 

Abonnés ou utilisateurs payants ? Une question sémantique

 

Mais le nombre d'utilisateurs n'est pas un indicateur suffisant. Le nerf de la guerre ? La monétisation des services, autrement dit le nombre d'abonnés. Sur ce point là, Deezer n'est pas en reste, se positionnant tout juste derrière Apple Music, le nouvel entrant. Mais le nombre d'abonnés de Deezer ne correspond pas au nombre d'abonnés payants : 1,5 million seulement de personnes ont fait la démarche de payer pour Deezer, le reste provenant de partenariats divers, notamment avec Orange. Un business model viable ? Oui, selon une analyse de TechCrunch, qui titrait le 15 octobre 2015 "Deezer perd des abonnés, mais gagne plus d'argent."

 

Nombre d'abonnés des principaux sites de streaming européens et américains

 

 

Un marché dérisoire comparé à l'asiE

 

Et à l'est ? Les pays asiatiques représentent en effet un marché considérable. QQ Music, par exemple, service exclusivement proposé en chinois, se targue d'attirer plus de 100 millions d'utilisateurs actifs, sur plus de 800 millions d'inscrits. Un chiffre largement supérieur à Spotify ou Deezer sur leurs propres terrains, qui montre le potentiel du marché asiatique. Et il n'est pas en reste : NetEase Cloud Music, Xiami Music, ou encore Baidu Music sont positionnées sur le même créneau.

 

Pour l'heure, ces services sont principalement gratuits, mais la situation être amené à changer : QQ Music, propriété de Tencent Hodling, devrait proposer un service d'abonnement payant. A la clé ? Des concerts privés, mais aussi... des partenariats signés avec des majors de l'industrie du disque comme Warner Music Group et Sony Music Entertainment afin d'étendre leur catalogue. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.