Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

« Ingénieurs : la guerre des profils recommence »

Publi-Rédactionnel La crise sanitaire et économique ne leur ôtera pas le sourire. Les ingénieurs sont heureux et plus que jamais prisés par les entreprises. Jérôme Gontard, directeur général du groupe AUSY, la  filiale de conseils en hautes technologies du groupe Randstad, dresse l’état des lieux du métier d’ingénieur.  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

« Ingénieurs : la guerre des profils recommence »
Jérôme Gontard, directeur général du groupe AUSY
Des bons salaires, des débouchés, des projets intéressants… Le métier d’ingénieur fait rêver si on en croit la 1ère enquête « Marque employeur ingénieurs » menée du 19 mars au 6 juillet 2020 par les départements Etudes et Emploi  d’Infopro Digital,  et sponsorisée par  le groupe AUSY. Est-ce toujours vrai fin 2020, après plusieurs mois de crise économique et sanitaire ? 
 
Le métier d’ingénieur reste très attrayant ! La crise a même exacerbé le besoin d’ingénieurs, notamment sur le digital. Elle  a accru de manière exponentielle les besoins en communication à distance. C’est un boom technologique comparable à celui du web ou du téléphone portable. Les entreprises sont toujours  à la recherche d’ingénieurs hautement qualifiés. Dans certains domaines, la  guerre des profils recommence de plus belle.
 
AUSY, c’est plus de 7 000  ingénieurs dans le monde. Vos perspectives de recrutement sont-elles à la hausse en 2021 ?
 
En temps normal, le groupe recrute chaque année plus de 1 500 ingénieurs. En 2021, nous tablons sur une hausse d’environ 20% de nos recrutements , dont 1 000 en France : 600 dans le digital (cloud, big data, sécurité, IA), 200 dans les infrastructures digitales (réseaux) et 200 en ingénierie (systèmes embarqués). Ce sont ces profils très qualifiés que nous recruterons.
 
Justement. Les ingénieurs sont-ils de plus en plus diplômés ?
 
Les jeunes ingénieurs qui sortent des écoles d’ingénieurs françaises , et pas seulement celles du groupe A, ont une excellente réputation. Il existe un savoir-faire français et les entreprises françaises et étrangères se les arrachent. Mais, au-delà du socle technique, un des éléments différenciant reste la spécialisation. Aujourd’hui, l’ingénieur doit être digital native. L’IA, comme le traitement et la sécurisation des données, sont au cœur des enjeux d’AUSY et de ceux de ses clients.
 
Des capacités techniques et des soft-skills
 
Les ingénieurs sont aussi de plus en plus nombreux à suivre une double formation…
 
Et ils ont raison ! Le métier évolue et s’ouvre notamment au business, au management, à la finance. Il nécessite donc des compétences plus transverses. 
J’insiste sur l’importance des soft-skills. Le temps de l’ingénieur seul dans son bureau est révolu. Il doit être en capacité d’échanger avec son équipe comme avec ses clients.  Au-delà de sa capacité à s’adapter aux évolutions technologiques, il doit aussi faire preuve de capacités de de communication et de management
 
A quoi aspirent les ingénieurs de demain ?
 
Ils ne veulent pas seulement un travail et un bon salaire, ils veulent changer le monde et trouver du sens à ce qu’ils font. C’est là un marqueur fort de cette année 2020. Les ingénieurs de demain se sentent investis d’une mission sociétale. Ils ont entre 20 et 25 ans et ils veulent un monde plus respectueux de l’environnement. De par leurs connaissances, ils sont persuadés, et je pense qu’ils ont raison, qu’ils font partie de la solution, qu’ils peuvent, par la technologie, apporter les bonnes réponses. A titre d’exemple, 8 étudiants sur 10 interrogés dans le cadre de l’étude pensent que le métier d’ingénieur leur permettra de contribuer à améliorer la société et l’environnement.
 
Ils veulent changer le monde, et ils veulent aussi profiter de la vie…
 
”Métro-boulot-dodo”, c’est terminé. A choisir entre rémunération ou qualité de vie, les ingénieurs interrogés dans le cadre de l’étude privilégient cette dernière . Ils aspirent à un meilleur équilibre vie privée/vie professionnelle et veulent plus de flexibilité. Nos entreprises, nos RH, doivent s’adapter, s’organiser pour répondre à leurs attentes et recruter les meilleurs.