Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Instacart lève 220 millions de dollars pour révolutionner la livraison de courses à domicile

[ACTUALISE] La start-up Instacart, basée à San Francisco, vient de lever 220 millions de dollars, en plus des 44 déjà récoltés en juin 2014, afin de dominer le marché de la livraison à domicile en connectant clients et livreurs via une application mobile.
mis à jour le 14 janvier 2015 à 16H09
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Instacart lève 220 millions de dollars pour révolutionner la livraison de courses à domicile
Instacart lève 220 millions de dollars pour révolutionner la livraison de courses à domicile © Instacart

Actualisation du 14 janvier : Instacart a bouclé sa deuxième levée de fonds, selon le New-York Times, récoltant 220 millions de dollars auprès de business-angels. Ce qui valorise la start-up à plus de 2 milliards de dollars.

Amazon, Google et consorts n'ont qu'à bien se tenir. La startup californienne Instacart, née dans un bus en direction du festival South by Southwest à Austin Texas, a fait du chemin et est en passe de révolutionner la livraison à domicile. Elle a levé en juin 44 millions de dollars auprès d'investisseurs stars de la Silicon Valley pour mener à bien sa stratégie de domination.

Une "marketplace" pour faire ses courses

Le concept est simple : les utilisateurs font leurs courses via une application mobile et entrent ainsi en relation avec une armée de "contractants" qui vont aller en magasin à leur place et livrer le tout à domicile dans la journée, souvent même dans l'heure. Ces "shoppers" sont rémunérés grâce à un pourcentage sur les frais de livraison, le reste revenant à la start-up. L'utilisateur fait sa liste de courses en ligne, et les informations sur le stock du magasin proviennent directement de la source.

Les utilisateurs ont la possibilité de payer soit à chaque livraison, soit de s'abonner pour 99 dollars - 72 euros - par an pour un service illimité. Un système assez similaire à celui d'Amazon Prime, sans surprise, le fondateur Apoorva Mehta étant un ancien d'Amazon.

Présent dans les grandes villes américaines comme San Francisco, New York, Chicago, Boston, Washington, Philadelphie, Los Angeles, Seattle ou Austin, Instacart s'appuie sur le commerce de proximité et prévoit une expansion éclair grâce à sa nouvelle rentrée d'argent.

Réussir là où le e-commerce échouera ?

C'est justement parce que Instacart s'appuie sur l'infrastructure existante des magasins, en favorisant le commerce de proximité, que la startup peut décrocher le jackpot, selon son investisseur Jeff Jordan de la firme Andreessen Horowitz.

Dans un message de blog, il a expliqué les avantages de la start-up sur le modèle "traditionnel" du e-commerce. "Nous faisons le pari que les partenariats d'Instacart avec les commerçants vont lui faire gagner la bataille de la livraison à domicile". Pourquoi? Ce modèle évite à Instacart de créer sa propre infrastructure, de gérer ses entrepôts, ses produits, ses équipes.. En laissant les magasins se charger du travail. Il nest que le "facilitateur". "L'épicerie est la plus grande catégorie de retail aux Etats-Unis, et n'est pratiquement pas digitalisée pour l'instant", renchérit Jeff Jordan.

En effet, "Le marché de l'épicerie est l'une des dernières grandes opportunités à saisir pour l'e-commerce. Or, la pénétration en ligne de ce marché est très faible (...) le modèle est tout le temps le même : construction d'un business e-commerce complet, incluant des entrepôts, du stock, des camions (...) Instacart s'appuie sur des marques de magasins existants," ajoute-t-il. Ce modèle devrait aussi permettre à la start-up de s'étendre rapidement à d'autres villes.

Les géants de la distribution et du e-commerce n'ont plus qu'à redoubler d'efforts pour conquérir ce marché en plein essor.

Nora Poggi

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media