Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Instagram écope d'une amende de 405 millions d'euros pour défaut de protection des données des mineurs

Après l'amende de 225 millions infligée à WhatsApp, l'autorité irlandaise de protection de données s'attaque à Instagram. Elle a adopté une sanction record de 405 millions d'euros pour violation du RGPD. C'est le mauvais traitement des données personnelles des mineurs par le réseau social qui fonde cette décision.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Instagram écope d'une amende de 405 millions d'euros pour défaut de protection des données des mineurs
Instagram écope d'une amende de 405 millions d'euros pour défaut de protection des données des mineurs © Fausto Sandoval/Unsplash

La Data Protection Commission (DPC), l'équivalent de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) en Irlande, a infligé une amende de 405 millions d'euros à Instagram pour la violation du Règlement général sur la protection des données (RGDP).
 

Une amende record pour meta

Il s'agit de la sanction la plus élevée pour une société filiale de Meta après WhatsApp qui a écopé d'une amende de 225 millions d'euros. La décision de la DPC n'a pas encore été publiée. L'autorité a néanmoins confirmé l'information et le montant de l'amende auprès de plusieurs médias. 

L'enquête a débuté en octobre 2020 et portait sur le traitement des données personnelles des utilisateurs mineurs par Instagram. Elle a été enclenchée par le dépôt de plusieurs plaintes selon lesquelles des numéros de téléphone et des adresses emails étaient accessibles pour tous les utilisateurs. 

L'une des plaintes avait été déposée par David Stier. Le data scientist avait analysé les profils de près de 200 000 utilisateurs d'Instagram et avait conclu que les utilisateurs de moins de 18 ans avaient la possibilité de changer facilement leurs profils en comptes professionnelles. Or, ce type de compte exigeait des utilisateurs qu’ils rendent publiques leurs coordonnées, ce qui signifie qu’elles étaient visibles de tous sur le réseau social.

Encourager les mineurs à définir leur compte comme privé

Meta a déclaré que ces accusations n'étaient plus d'actualité puisqu'Instagram avait modifié ses paramètres depuis. De "nouvelles fonctionnalités pour assurer la sécurité des adolescents et la confidentialité de leurs informations" ont été prises en mars 2021. Le réseau social laisse toujours le choix aux mineurs de choisir entre "compte privé" ou "compte public". Mais désormais s'ils choisissent la seconde option, une notification leur est envoyée pour "souligner les avantages d'un compte privé et [leur] rappeler de vérifier [leurs] paramètres". 

Aussi, la société annonçait le développement de "nouvelles technologies d'intelligence artificielle et de machine learning" pour vérifier l'âge réel des utilisateurs. Une nouvelle fonctionnalité qui restreint l'envoi de messages par des adultes à des utilisateurs mineurs a également été mise en place. 

La protection des mineurs sur les réseaux sociaux est devenue une préoccupation majeure. Début juillet, la Garante per la protezione dei dati personali (GPDP), l'homologue italien de la Cnil, a pointé du doigt "un aspect aspect particulièrement préoccupant" concernant la protection des mineurs inscrits sur TikTok. Un avertissement a été émis et transféré au Comité européen de la protection des données (CEPD), organisme qui doit garantir l'application cohérente du RGPD. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.