Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

"Intégrer le digital aux expositions n'est pas facile", confie Elise Maillard du Louvre

Entretien Le Louvre est LA star du web : parmi les 60 sites touristiques les plus visités de France en 2013, il est le plus fréquemment mentionné par les internautes francophones, selon un classement réalisé par Linkfluence pour L'Usine Digitale. Le musée profite de sa notoriété et de la richesse des contenus de son site web... sans toutefois mettre en place de véritable politique digitale avant-gardiste, concède Elise Maillard qui dirige le service de la communication numérique du Louvre depuis un an. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Intégrer le digital aux expositions n'est pas facile, confie Elise Maillard du Louvre
"Intégrer le digital aux expositions n'est pas facile", confie Elise Maillard du Louvre © capture d'écran LinkedIn

L'Usine Digitale - Le Louvre est le site touristique le plus cité de France sur le web francophone, il est notamment fréquemment mentionné sur Twitter et Instagram. Depuis quand êtes-vous présents sur les réseaux sociaux ?

 

Elise Maillard - Nous avons ouvert notre compte Facebook en 2009. Puis nous nous sommes progressivement mis à Twitter (2009 également), Instagram (2012)... Nous avons aussi ouvert deux chaînes vidéo sur YouTube et Daily Motion.

 

Pour alimenter ces nombreux comptes, nous publions des actualités qui concernent le musée, et piochons aussi dans le contenu très riche de notre site Internet, qui compte des centaines et des centaines de notices d'œuvres de la collection permanente.

 

Nous postons par exemple chaque jour sur Twitter un lien vers l'article "Un jour une œuvre", publié sur le site. Même s'il n'est pas encore adapté au mobile car la structure informatique est très lourde, lire un article depuis un smartphone reste possible sur le site. Ces messages sont retwittés (entre 50 et 100 fois chacun). Mais ce que les visiteurs partagent essentiellement sur les réseaux sociaux ce sont leurs expériences de visites .

 

Avez-vous développé des projets innovants sur les réseaux sociaux depuis votre arrivée ?

 

En septembre 2014, nous avons choisi des "instagrameur" influents, @nathparis, @rioflaflu, @discret notamment, et les avons invités à venir faire des photos après la fermeture du musée, dans le département des arts de l'Islam. Les clichés ont été publiés sur leur compte ave le hashtag "emptylouvre". Cette opération nous a donné de la visibilité sur le réseau social, nous avons gagné de nombreux followers.

 

Avez-vous des contacts réguliers avec la direction du musée à propos de la communication numérique ?

 

C'est l'une des priorités de Jean-Luc Martinez depuis sa prise de fonction en tant que président directeur du musée en avril 2013. Il a créé le service de communication numérique à ce moment-là. Avant, les réseaux sociaux étaient gérés depuis le département du développement promotionnel, qui a depuis disparu. Pour l'instant, nous sommes trois à gérer la communication digitale, mais les équipes pourraient – peut-être un jour - être amenées à grossir, surtout si nous produisons plus de vidéos pour nos chaînes YouTube et Daily Motion.

 

Plus largement, le top management du Louvre pousse-t-il ses équipes à travailler sur des initiatives numériques innovantes au sein même du musée ?

 

Nous développons des applications spécifiques pour nos deux principales expositions annuelles, la dernière en date s'intitule "Poussin et Dieu". Ces programmes permettent notamment d'avoir des présentations détaillées de certaines œuvres. Cela demande à chaque fois un gros travail avec les commissaires, pour choisir quels tableaux, dessins et sculptures seront intégrés à l'appli, enregistrer les commentaires audio...

 

Intégrer le digital directement aux expositions n'est pas forcément chose aisée dans ces bâtiments anciens. Et le Louvre est une grosse structure, lourde à faire bouger sur ce type de thématiques. Mais dans l'édifice moderne (ouvert depuis 2012) qui héberge le département des arts de l'Islam, nous avons placé un écran dans l'entrée. Le dispositif – qui n'est pas tactile – présente au visiteur des cartes interactives avec des éléments de civilisation, les déplacements des différents empires au cours de l'histoire…

 

Mais un écran dans une exposition n'est pas quelque chose de neuf... Sur quelles innovations numériques le Louvre veut-il concentrer ses forces prochainement ?

 

Nous ne sommes pas un musée d'art contemporain !

 

Nous voulons développer un volet vidéo en créant plus de contenus qui toucheront un public jeune. Nous sommes régulièrement sollicités par des start-up et nous essayons de faire notre maximum pour tisser des partenariats avec elles. Les premiers fruits de ces collaborations seront murs fin 2015, mais je ne peux pas vous en dire plus pour le moment !

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale