Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Intel annonce Arc, une nouvelle marque, en amont du lancement de ses cartes graphiques

Intel accélère sa stratégie marketing en prévision de l'arrivée sur le marché de ses premières cartes graphiques à destination des gamers et créatifs. Il dévoile une marque dédiée, Intel Arc, et les noms de code des quatre premières générations de produits.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Intel annonce Arc, une nouvelle marque, en amont du lancement de ses cartes graphiques
Intel annonce Arc, une nouvelle marque, en amont du lancement de ses cartes graphiques © Intel

L'odyssée d'Intel vers la création d'une gamme de GPU dédiés arrive à son terme. L'entreprise américaine a communiqué lundi 16 août sur la marque qui accompagnera la commercialisation de ces produits : Intel Arc. Elle désignera les composants eux-mêmes ainsi que l'écosystème de logiciels et services associés.

DG2 devient Alchemist
Sous cette nouvelle gamme, l'ancien DG2 s'appellera désormais Alchemist. Basée sur la microarchitecture Xe-HPG, il s'agira du premier GPU haut de gamme d'Intel pour gamers. L'entreprise prévoit dorénavant son arrivée sur le marché au premier trimestre 2022. Les noms de codes des futurs générations de produits Arc seront du même accabit : Battlemage, Celestial et Druid.

Si les premiers fruits de cet effort sont arrivés l'année dernière, avec l'intégration d'un GPU basé sur la microarchitecture Xe-LP au sein des processeurs Tiger Lake et la disponibilité (limitée) de cartes DG1, ce sont bien les produits à base de Xe-HPG que le public attend. Ils portent en effet la promesse de rivaliser avec l'offre des deux acteurs historiques du marché : Nvidia et AMD, tant pour les usages professionnels (deep learning, HPC) que grand public (gaming).

Pas de détails sur les performances
Sur le plan des performances en revanche, on n'en sait toujours très peu. Intel a confirmé qu'Alchemist sera pleinement compatible avec DirectX 12 Ultimate (ce qui implique la gestion du ray tracing, du variable rate shading et des mesh shaders), et qu'il disposera d'une fonctionnalité de supersampling à base d'intelligence artificielle, c'est-à-dire un équivalent de la technologie DLSS de Nvidia.

Même chose pour les détails concernant la fabrication des puces. A l'origine, DG2 était censé tirer partie de la technologie 6 nm de TSMC, mais il a pris du retard et on ne sait désormais pas quel fondeur fabriquera ces puces, ni avec quel nœud. Or ce détail pourrait être déterminant étant donné la pénurie actuelle de composants électroniques.

Si Intel parvient à produire suffisamment de cartes graphiques et que leur rapport prix/performance tient la route, il pourrait prendre le marché d'assaut en profitant de l'indisponibilité de la concurrence, notamment face à la demande toujours très forte en GPU pour miner des cryptomonnaies. Mais cela fait beaucoup de conditions à remplir...

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.