Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Intel cartonne dans les tablettes, progresse dans les PC et saigne dans les mobiles

Le géant américain des semi-conducteurs Intel a motorisé 46 millions de tablettes avec ses microprocesseurs en 2014. C’est plus que l’objectif de 40 millions fixé par son patron Brian Krzanich. Mais ce résultat flatteur est obtenu au prix de très lourdes pertes dans les mobiles.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Intel cartonne dans les tablettes, progresse dans les PC et saigne dans les mobiles
Intel cartonne dans les tablettes, progresse dans les PC et saigne dans les mobiles © Intel

Brian Krzanich, le directeur général d’Intel, jubile. Lors de la présentation de résultats financiers du quatrième trimestre 2014, le 15 janvier 2015, il s’est fait le plaisir d’annoncer ce qu’il considère comme la grande nouvelle : "Nous nous sommes fixés l’objectif de livrer nos processeurs pour 40 millions de tablettes en 2014Nous avons fait mieux en en livrant 46 millions."

Intel s’impose ainsi comme le numéro un mondial du marché libre (hors Apple qui utilise ses propres processeurs Ax sur ses iPad) des processeurs d’application pour tablettes, détrônant ainsi son compatriote Qualcomm. Un résultat atteint dès le troisième trimestre selon le cabinet Strategy Analytics. En 2013, Intel n’avait motorisé que 12 millions de tablettes, soit à peine 5% du marché en volume, ce qui le plaçait quatrième du marché en valeur derrière Apple (37%), Qualcomm (11%) et Samsung (10%), selon Strategy Analytics.

Le cabinet Digitimes Research avait émis au troisième trimestre 2014 des doutes sur la capacité d’Intel à atteindre son objectif et prévoyait un chiffre de près de 32 millions de pièces. Mais les livraisons des processeurs Glove Trail et Bay Trail du groupe de San José se sont accélérés de trimestre en trimestre. De 5 millions de pièces au premier trimestre, ils sont passés à 10 millions au second, 15 millions au troisième et 16 millions au quatrième.

4,2 milliards de dollars de pertes dans les mobiles

Cette réussite ressemble toutefois à une victoire à la Pyrrhus. Pour encourager les intégrateurs à choisir ses puces, Brian Krzanich a mis en place un coûteux programme d’incitation sous formes de réduction de prix, d’aide technique et d’accompagnement marketing. Car les clients ciblés sont surtout des marques blanches de l’écosystème de Shenzhen, en Chine.

Cet effort se traduit par une perte d’exploitation gigantesque dans l’activité mobiles : 4,2 milliards de dollars en 2014. Un coût que le patron d’Intel promet de réduire de 800 millions dollars par trimestre cette année en améliorant à la fois l’efficacité de l’organisation interne et le portefeuille de produits, avec l’arrivée prochainement des puces Sofia qui intègrent les fonctions de processeurs d’application et de modem, à l’instar de ce que fait depuis longtemps Qualcomm.

Cette stratégie offensive, Intel en a aujourd’hui les moyens. D’autant que l’année marque un retour franc à la croissance après deux ans de baisse consécutive. En 2014, le chiffre d’affaires augmente de 6% à 55,9 milliards de dollars et le résultat d’exploitation de 25% à 15,3 milliards de dollars. Même dans l’activité PC, Intel enregistre un bond de 8% en volume et 4% en valeur, alors que le marché a baissé de 2,1% en volume selon le cabinet IDC.

Et après?  Pas de nouveau chiffre à atteindre dans les tablettes en 2015. L'objectif de Brian Krzanich est de suivre le rythme d'évolution du marché. Sa priorité est maintenant à l'assainissement des comptes dans l'activité mobiles en réduisant les pertes. Un sacré défi.

Ridha Loukil

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media