Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Intel demande plusieurs milliards d'euros de subvention pour implanter une fonderie en Europe

Vu ailleurs Intel veut bien implanter une fonderie dans l'Union européenne si les Etats membres y investissent plusieurs milliards d'euros. L'Américain semble l'entreprise la plus intéressée par faire un tel investissement qui permettrait à l'Union européenne d'accroître sa production de semi-conducteurs.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Intel demande plusieurs milliards d'euros de subvention pour implanter une fonderie en Europe
Intel demande plusieurs milliards d'euros de subvention pour implanter une fonderie en Europe © Intel (Glassdor)

Intel veut bien implanter une fonderie dans l'Union européenne si les Etats membres y investissent plusieurs milliards d'euros. Pat Gelsinger, le CEO d'Intel, aurait évoqué la somme de 8 milliards d'euros auprès du site Politico Europe. Toutefois, précise Reuters, Intel s'est ensuite distancé de cet article, affirmant qu'aucun chiffre précis n'a été donné bien qu'il ait clairement été indiqué que les dirigeants de l'UE devront investir pour garantir une industrie des semi-conducteurs dynamique.

Intel, le plus intéressé
"Ce que nous demandons, aux gouvernements américains et européens, est de rendre compétitif pour nous le fait de produire ici plutôt qu'en Asie", a expliqué Pat Gelsinger. Cette annonce intervient alors qu'Intel a dévoilé un plan de plusieurs milliards de dollars afin de prendre une longueur d'avance sur ses rivaux asiatiques. 20 milliards de dollars seront investis pour construire deux nouvelles fonderies aux Etats-Unis. Dimanche 2 mai, Intel a annoncé compléter ce plan en investissant 600 millions de dollars pour renforcer sa R&D autour du véhicule autonome en Israël et 10 milliards de dollars dans une nouvelle fonderie dans ce pays (voir encadré).

Intel investit 600 millions de dollars dans sa R&D

Intel a annoncé dimanche 2 mai 2021 vouloir investir 600 millions de dollars supplémentaires en Israël pour étendre sa R&D. Un investissement logique au vu de ces récents rachats de start-up israélienne : Moovit en mai 2020 et Habana Labs fin 2019. Dans le détail, précise Reuters, 400 millions de dollars seront investis pour transformer sa division Mobileye, dont le siège est à Jérusalem, en un campus de R&D pour le développement de technologies liées à la voiture autonome.

200 millions de dollars seront investis dans la construction d'un centre de R&D baptisé IDC12 dans la ville portuaire du nord de Haïfa, à côté de son centre de développement actuel. Le méga centre de conception de puces aura une capacité de 6 000 employés. En outre, Intel qui a perçu une subvention d'un milliard de dollars, a confirmé investir 10 milliards de dollars dans la construction d'une nouvelle fonderie dans le pays.

Pat Gelsinger prospecte pour un emplacement d'une fonderie en Europe qui permettrait de soutenir le plan de Thierry Breton, le commissaire européen au marché intérieur, visant à multiplier par deux la production de semi-conducteurs d'ici 2030 pour représenter au moins 20% de la production mondiale en valeur. Le CEO d'Intel a rencontré Thierry Breton à ce sujet vendredi dernier tout comme le responsable européen de TSMC. Intel serait le seul acteur étranger à montrer de l'intérêt dans ce plan, rapporte Reuters suite à des discussions avec plusieurs observateurs et responsables politiques.

Formation d'une alliance européenne ?
Thierry Breton a résumé sa rencontre avec le patron d'Intel comme étant une discussion profonde et la rencontre vidéo avec le responsable européen de TSMC comme étant un bon échange. TSMC, de son côté, a assuré que les discussions avec Thierry Breton démontrent son engagement dans la région. "Notre volonté de soutenir nos clients aussi pleinement que possible signifie que nous sommes toujours disposés à établir des communications ouvertes avec les gouvernements et les régulateurs, où qu’ils soient et que nous soyons basés", a déclaré TSMC.

Thierry Breton cherche à attirer un grand fondeur étranger tout en discutant de la création d'une alliance avec des industriels européens. Une stratégie double qui déconcerte certains industriels européens. Dans le cadre de cette alliance, le commissaire doit très prochainement s'entretenir avec les allemands ASML et NXP. Infineon a salué l'initiative de Thierry Breton de renforcer la production de puce en Europe. L'Union européenne ne dispose pas d'un champion local dans la production de puce et la recherche d'un partenaire étranger vise probablement à combler les éventuelles lacunes technologiques.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.