Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Intel divise par trois la consommation de son processeur Atom

Le roi des microprocesseurs, Intel, lance une puce consommant seulement 6 W, contre 17 W auparavant. Il vise les micro-serveurs à faible consommation pour les centres de données.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Intel divise par trois la consommation de son processeur Atom
Intel divise par trois la consommation de son processeur Atom © chris1h1 - Flickr - C.C.

On connaît Intel comme le champion des processeurs à hautes performances au cœur des PC, serveurs et supercalculateurs. Et voilà qu’il s’attaque maintenant aux processeurs à faible consommation qui constituent le terrain de prédilection du britannique ARM. Son nouveau processeur Atom S1200 se contente d’une consommation de 6 W, contre au moins 17 W pour les versions proposées jusqu’ici. Il a été spécialement optimisé pour les micro-serveurs à faible consommation destinés aux datacenters.

"Pour réduire les coûts, les centres de données réclament une nouvelle forme de serveurs qui combinent à la fois haute densité de traitement et grande efficacité énergétique, explique Diane Bryant, vice-présidente et directrice générale du groupe Datacenter and Connected Systems d'Intel, dans le communiqué de presse. Aujourd'hui, nous répondons à ce besoin." La consommation d’énergie constitue en effet près de 40% des coûts d’exploitation des datacenters. Une course est engagée pour créer des serveurs plus denses et plus sobres. Le projet européen EuroCloud, par exemple, ambitionne de diviser par 10 la consommation en utilisant des puces basées sur des cœurs de processeur d’ARM. Une technologie réputée pour sa sobriété énergétique, ce qui en fait aujourd’hui la solution dominante dans les Smartphones, tablettes et applications embarquées. Au Symposium technologique européen d’ARM, qui se tient ce jeudi 13 décembre 2012 à Paris, le britannique Boston a présenté son micro-serveur Viridis de seulement 5 W. Ce serveur s’appuie sur 48 puces combinant chacune quatre cœurs Cortex A9 d’ARM. Selon Boston, il serait 5 à 10 fois plus efficace que les serveurs actuels basés sur des processeurs classiques d’Intel ou d’AMD. Il est actuellement en test chez 25 clients.

Un circuit compatible avec les logiciels existants

Intel ne veut pas laisser ce nouveau marché lui échapper. Avec son Atom S1200, il démontre qu’il peut, lui aussi, jouer la carte de la sobriété énergétique sans compromis sur les performances de traitement réclamées par les serveurs.

Ce circuit est présenté comme le premier d’une famille de processeurs Atom destinés aux micro-serveurs à faible consommation. Il dispose de deux cœurs à 64 bits, un contrôleur mémoire supportant jusqu'à 8 Go, la technologie de virtualisation Intel VT, 8 ports PCI Express 2.0, le système de correction d’erreurs ECC, et d’autres interfaces entrées-sorties. Il se décline en quatre modèles cadencés à des fréquences de 1,6 GHz à 2,0 GHz.

Intel fait prévaloir l’avantage de compatibilité de ses puces avec les logiciels existants, alors que les processeurs basés sur ARM nécessitent de réécrire les logiciels existants, ce qui peut constituer un frein dans certaines applications. Le géant des microprocesseurs promet de continuer à faire baisser la consommation d'électricité de ses produits. Il rappelle que depuis l'introduction de ses premiers processeurs Atom en 2006, il a réduit l'enveloppe thermique de 40 à 17 W, grâce notamment à la miniaturisation de la gravure de 65 à 22 nm. La prochaine génération, dont le nom de code est "Avoton", sera disponible en 2013. Elle bénéficiera de la nouvelle technologie de transistor 3D d’Intel en gravure de 22 nm.

Selon Intel, plus de 20 micro-serveurs en cours de développement utilisent aujourd’hui l’Atom S1200 chez des constructeurs tels que qu’Accusys, CETC, Dell, HP, Huawei, Inspur, Macrosan, Qsan, Quanta, Supermicro et Wiwynn. Le processeur Intel Atom S1200 est disponible au prix recommandé de 54 dollars par unité pour une quantité de 1000 pièces.

Ridha Loukil

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale