Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Intel lance ses processeurs de 11e génération (Tiger Lake) et la certification Intel Evo (ex-Athena)

Intel lance officiellement sa 11e génération de processeurs pour ordinateurs portables dans un format "fin et léger". Connue jusqu'ici sous le nom de code Tiger Lake, elle bénéficie de la nouvelle architecture graphique que développe l'entreprise depuis trois ans, et fait état de performances deux fois supérieures à celle de la génération précédente. Elle est accompagnée du label Intel Evo, qui certifiera désormais les machines offrant un niveau de performance garanti en conditions réelles.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Intel lance ses processeurs de 11e génération (Tiger Lake) et la certification Intel Evo (ex-Athena)
Les processeurs Intel de 11e génération, version UP3 à gauche et UP4 à droite. © Intel Corporation

C'est le grand jour pour Intel. Le fondeur lance ce 2 septembre ses premiers processeurs Tiger Lake, dont l'appellation officielle sera Intel Core de 11e génération avec partie graphique Iris Xe. Ils sont destinés aux ordinateurs portables dit "fins et légers", très prisés notamment par les professionnels amenés à fréquemment se déplacer.

Un nouveau procédé de fabrication
Il s'agit d'une mise à jour majeure pour Intel, la plus importante depuis des années, et qui va renforcer son assise sur le marché clé des portables face à AMD. L'entreprise avait déjà dévoilé il y a quelques semaines que ces processeurs seraient gravés avec un nouveau procédé nommé 10 nm SuperFin. Il s'agit d'une amélioration de son procédé FinFET permet d'atteindre une vitesse de calcul pouvant être jusqu'à 900 MHz plus élevée, et ce malgré le fait que la finesse de gravure ne soit pas réduite. En d'autres termes, cela permet un gain de performance de 15% en moyenne à voltage équivalent.

Les gammes UP3 et UP4 remplacent U et Y
Les gammes de la 11e génération changent de nom et deviennent UP3 (anciennement U) pour les processeurs les plus performants, avec un TDP compris entre 12 et 28 W, et UP4 (anciennement Y) pour les puces dont le TDP va de 7 à 15 W. Cela donne des processeurs à quatre cœurs et huit threads dont la fréquence monte jusqu'à 4,8 GHz en single core et 4,3 GHz en multicores. Neuf processeurs sont annoncés au total (voir tableau).
 


Meilleur que Ryzen... sur le papier
Intel compare directement ses nouveaux System-on-Chip (SoC) avec ceux de la concurrence, en l'occurence la puce Ryzen 7 4800U. Et sur le papier, il n'y a pas photo. Le Core i7 1185G7, le plus puissant de la gamme, est deux fois plus performant pour le cas d'usage spécifique où on joue tout en streamant de la vidéo (par exemple sur Twitch). Il est aussi 20% plus rapide pour la bureautique (Office 365), 15% plus rapide pour la navigation web et 35% plus rapide pour la création média. Pour la retouche photo dans les produits Adobe, Intel vante même des performances 2,7 fois supérieures grâce aux accélérateurs dédiés au machine learning (DL Boost et GNA 2.0) intégrés dans la puce.

Fidèle à sa stratégie "real performance" entamée il y a trois ans, Intel insiste par ailleurs sur le fait que ces comparaisons sont faites sur des cas d'usage réels et pas seulement des benchmarks synthétiques. Intel semble bien s'en tirer sur une majorité de cas d'usage, à l'exception sans grande surprise des calculs massivement multithreadés (qui tirent parti du nombre supérieur de cœurs des Ryzen). Evidemment, il faudra comme toujours voir ce que donneront les tests indépendants pour juger, sur des scénarios qui n'auront pas été soigneusement choisi pour mettre le produit en valeur.
 


Iris Xe, la botte secrète
Ces performances doivent beaucoup à l'architecture graphique Xe, qui embarque jusqu'à 96 unités d’exécution contre 58 sur Ice Lake. Intel la décrit comme étant jusqu'à deux fois plus puissante que l'architecture graphique de sa 10e génération. Elle permet, toute proportion gardée, de jouer à des jeux costauds (Intel cite en exemple Borderlands 3 et Far Cry New Dawn) sur des formats ultrafins qu'on réservait jusqu'à présent aux tâches légères.

Ces nouveaux processeurs pourront faire tourner des écrans 8K et jusqu'à quatre écrans 4K HDR en même temps. Ils sont compatibles Thunderbolt 3 et 4. De plus ils gèrent nativement le codec AV1 ainsi que Dolby Vision, ce qui peut pour le second représenter jusqu'à 20% d'économie d'énergie pour du streaming vidéo 4K HDR (soit plus d'une heure d'autonomie sur batterie). Et ils intègrent une interface PCIe de 4e génération avec jusqu'à quatre lignes.

Intel Evo prend la suite du programme Ultrabook
L'autre annonce de l'évènement est la maturation du projet Athena, qui devient Intel Evo. Annoncé pour la première fois lors du CES 2019, il s'agit d'un programme d'optimisation système qui concerne tous les composants de l'ordinateur et se concentre là encore sur les performances en conditions réelles. Le concept se situe dans la lignée des programmes Centrino et Ultrabook, mais Intel va plus loin que par le passé. Chaque machine sera testée en laboratoire (situé à Taïwan) pour garantir qu'elle respecte le cahier des charges.

Concrètement, qu'apportera Intel Evo ? Déjà la garantie d'une autonomie de 9 heures minimum avec un écran Full HD pour de "vrais usages" (7 heures pour un écran 4K), avec le Wi-Fi activé et la luminosité à un niveau normal. Les ordinateurs certifiés Evo devront aussi pouvoir tenir quatre heures d'utilisation après avoir été rechargés seulement 30 minutes, pouvoir sortir de veille en moins d'une seconde, et ne pas subir de ralentissement des performances lorsqu'ils ne sont pas branchés sur secteur. Leur châssis ne devra pas dépasser 15 mm d'épaisseur, et ils devront comporter au moins 8 Go de RAM et 256 Go de stockage SSD. 25 indicateurs sont pris en compte au total, à la fois sur Windows et Chrome OS. Même la qualité de la webcam (720p à 30 ips minimum) et des micros est vérifiée.

Intel annonce que 50 ordinateurs équipés de ses processeurs de 11e génération arriveront sur le marché cette année à partir du mois d'octobre, pour un total de 150 machines déjà en cours de développement par la plupart des fabricants (Acer, Asus, Dell, HP, Lenovo, LG, MSI, Razer, Samsung...). Parmi celles-ci, 20 seront certifiées Intel Evo. A noter qu'aucune information sur les prix n'a été communiquée.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media