Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Intel prêt à fabriquer les puces de ses concurrents

Le numéro un mondial des semi-conducteurs Intel n’est plus opposé à la fabrication de puces pour ses concurrents. Une décision qui ouvre la voie à la fabrication dans ses usines des processeurs d’Apple au cœur de l’iPhone et l’iPad.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Intel prêt à fabriquer les puces de ses concurrents
Intel prêt à fabriquer les puces de ses concurrents © Josh Bancroft - Flickr - C.C.

C’est un retournement complet dans la stratégie de fonderie d’Intel. Le numéro un mondial des semi-conducteurs se tient désormais prêt à fabriquer dans ses usines des puces pour ses concurrents. La décision a été annoncée par Brian Krzanich, directeur général du groupe, lors de la journée de rencontre avec les investisseurs le 21 novembre 2013.

Il y a un an, Intel, qui dispose d’énorme capacité de production de circuits intégrés, a ouvert son outil industriel à des services de fonderie silicium, c’est-à-dire à des services de fabrication de puces électronique en sous-traitance pour d’autres. Mais Paul Otellini, PDG en poste jusqu’en mai 2013, avait fixé une limite : ces services ne sont pas accessibles aux concurrents d’Intel. Et Apple en est un puisqu'il utilise une alternative maison à ses processeurs pour mobiles.

Trop tard pour Apple

Le changement décidé par son successeur ouvre la voie à la fabrication des processeurs Ax d’Apple au cœur des iPhone et iPad. Jusqu’ici, ces composants sont fabriqués par Samsung. Pour se libérer du géant coréen, devenu son grand rival dans les smartphones et tablettes, Apple avait tenté de convaincre Intel de lui fabriquer les prochaines générations de puces. En vain.

Avec ce virage stratégique, la donne pourrait donc changer... même si les résultats de cette ouverture de la part d’Intel ne se feront pas sentir immédiatement, Apple ayant entre-temps confié la fabrication des trois prochaines générations de son processeur Ax au fondeur taiwanais TSMC.

Selon l’analyste Ashraf Eassa, sur le blog de la finance SeekingAlpha, ce retournement a pour effet pervers de donner de la crédibilité à ARM, l’architecture de processeur concurrente de celle d’Intel et qui domine aujourd’hui largement le marché des mobiles. Elle pourrait affecter négativement les processeurs d’Intel destinés aux smartphones et tablettes.

Ridha Loukil

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale