Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Intel va construire son usine la plus avancée en Israël pour 6 milliards de dollars

Avec le soutien du gouvernement israélien, le géant mondial des semi-conducteurs Intel va investir en Israël 6 milliards de dollars pour la création d’une usine de fabrication de microprocesseurs en 10 nm. L’Europe perd une nouvelle occasion d’accueillir une usine de semi-conducteurs dernier cri.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Intel va construire son usine la plus avancée en Israël pour 6 milliards de dollars
Intel va construire son usine la plus avancée en Israël pour 6 milliards de dollars © Intel

Alors qu’Intel vient tout juste de lancer la production en volume de microprocesseurs en 14 nm, la gravure la plus fine au monde, le géant américain des semi-conducteurs prépare déjà l’infrastructure industrielle nécessaire à la prochaine étape de gravure en 10 nm. Et c’est en Israël, à Kiryat Gat, qu’il a choisi de la créer. Son projet vient d’être approuvé par le gouvernement israélien.

Intel dispose aujourd’hui, à Kiryat Gat, d’une usine de 2500 personnes fabriquant des microprocesseurs avec des gravures descendant à 22 nm. Le projet vise à la reconvertir en technologie de 10 nm et de l’agrandir en utilisant le site adjacent racheté au fabricant de mémoires Micron Technology. À la clé, la création de 1000 emplois supplémentaires entre 2016 et 2023. L’investissement atteint la bagatelle de 6 milliards de dollars, un montant jamais consenti pour une usine de semi-conducteurs. L’usine devrait démarre en 2016 la production des processeurs à architecture Cannonlake, deux générations en avance sur celle des processeurs Broadwell lancée cet automne.

Enormes incitations fiscales

Plusieurs sites étaient en compétition pour accueillir cette usine. Si Intel a choisi Israël, c’est en raison des incitations financières offertes par les autorités israéliennes: une subvention de 300 millions de dollars et un impôt sur le revenu réduit à 5% pendant 10 ans. Depuis 40 ans qu’il est implanté dans le pays, il a investi prés de 11 milliards de dollars et reçu 1,5 milliard d’aides publiques.

Encore une fois, l’Europe perd une occasion de favoriser la création d’une nouvelle usine de semi-conducteurs sur son territoire. Intel dispose près de Dublin, en Irlande, d’une usine de près de 4000 personnes, avec des gravures descendant aujourd’hui à 22 nm, mais que le groupe compte l’étendre à la technologie de 14 nm avant la fin de l’année.

Dans un rapport remis à la Commission européenne, le cabinet Decision, recommandait d’encourager Intel, moyennant des incitations financières, à implanter sa future usine en Europe. Problème ? Bruxelles est contre les subventions à la production, et quand elle les autorise, elles restent inférieures à celles accordées par des pays comme Singapour, Taïwan, Israël ou même les États-Unis, selon Gérard Matheron, président de l‘ACSIEL, le syndicat des composants électroniques en France. C’est ainsi que l’Europe a perdu l’usine de GlobalFoundries à 4 milliards de dollars. Le fondeur américain hésitait entre Dresde, en Allemagne, où il dispose déjà d’une usine, et New York. Et c’est New York qui a tout fait pour emporter la mise. La leçon ne semble pas avoir été retenue par les décideurs européens.

Ridha Loukil

 

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media