Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Internet des objets : HP, Foxconn et Schneider Electric rejoignent l'alliance LoRa

Pendant deux jours, les membres de l'alliance LoRa se sont réunis à Paris. L'association, qui a pour but de développer un mode de communication bas débit longue portée pour l'internet des objets, enregistre le renfort de gros acteurs industriels.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Internet des objets : HP, Foxconn et Schneider Electric rejoignent l'alliance LoRa
Internet des objets : HP, Foxconn et Schneider Electric rejoignent l'alliance LoRa © LoRa Alliance

Dans quel type d'événement, à Paris en 2015, applaudit-on lorsqu'une lampe s'éclaire ? Réponse : dans un congrès "Internet des objets", évidemment ! La démonstration d'allumage à distance a beau ne pas être particulièrement spectaculaire (voire un brin surréaliste), elle prouve en tout cas que la technologie LoRa ("long range", soit "longue portée" en français) est une réalité.

 

Des opérateurs télécoms séduits

 

L'épisode illustre à lui seul le positionnement du consortium : une certaine discrétion, pas de déclaration tonitruante (contrairement à son rival Sigfox, qui tire à boulets rouges sur Bouygues Télécom, l'un des onze membres fondateurs de LoRa) ou de mise en scène travaillée mais un travail de l'ombre qui commence à payer. Pour preuve, l'alliance, officiellement lancée lors du CES de Las Vegas,  compte désormais 85 membres, dont 57 opérateurs de réseaux. Six d'entre eux ont annoncé le déploiement d'antennes LoRa dans les prochains mois. Le dernier en date est Proximus (ex-Belgacom), qui va déployer le réseau en Belgique et au Luxembourg, quelques semaines après Bouygues Télécom en France. Orange va-t-elle les rejoindre ? Son fonds d'investissement a investi dans Actility, l'un des membres fondateurs de l'alliance LoRa, et l'opérateur a testé la technologie à Grenoble ce printemps.

 

57 opérateurs d'un côté, contre trois poids-lourds enrôlés par Sigfox (Telefonica, NTT Docomo et SK Telecoms) : pourquoi l'alliance menée par le fabricant de semi-conducteurs Semtech joue-t-elle ce match-là ? "Nous ne nous positionnons pas en concurrent des opérateurs télécom, mais comme partenaires", répond Jaap Groot, responsable du développement chez Semtech. L'ancien président de l'alliance, Stale Pettersen estime que c'est l'ouverture de LoRa qui séduit les opérateurs. "Quand on fait des portes ouvertes comme aujourd'hui à Paris, elles sont vraiment ouvertes ! Même les gens de Sigfox sont venus !", sourit-il. Le vice-président de Semtech insiste sur d'autres points forts de LoRa par rapport à la concurrence : ses performances en connectivité à l'intérieur des bâtiments, sous le sol et en mobilité, son pouvoir de géolocalisation, et sa capacité de transmission bi-directionnelle native.

 

lancement d'un challenge mondial d'innovation

 

Ces atouts ont séduit de nouveaux gros partenaires industriels : le taïwanais Foxconn, l'américain HP, le français Schneider Electric rejoignent IBM et Cisco dans l'association à but non lucratif. D'autre part, de plus en plus d'acteurs de l'industrie se mettent à fabriquer des équipements compatibles LoRa, comme Sagemcom en France. Au congrès parisien de LoRa, une vingtaine de fabricants présentaient leurs produits, capteurs, modules, concentrateurs de données...

 

L'alliance LoRa veut accélérer, et rallier de plus en plus de développeurs, créateurs d'objets, de grandes entreprises autour de sa vision. Elle lancera début septembre un challenge d'innovation mondial, dans huit catégories, pour développer des projets "innovants et prometteurs" autour de la technologie LoRa. Il sera ouvert aussi bien aux start-up qu'aux grands groupes, preuve que l'alliance LoRa vise large.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale