Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Internet mondial par satellites : Elon Musk et Google font la course contre Richard Branson et Greg Wyler

La course est lancée pour savoir qui connectera la part de l'humanité qui n'a toujours pas accès à l'Internet. Facebook a ses drones et Google ses ballons. Mais le projet le plus ambitieux pourrait bien être le retour (en mieux) d'une technologie déjà existante : la connexion par satellites. Après une tentative de partenariat infructueuse avec l'entrepreneur américain Greg Wyler fin 2014, Elon Musk a décidé de lancer sa propre constellation rivale de micro-satellites. Et il pourrait avoir trouvé en Google un allié de poids. Wyler quant à lui s'est finalement associé à Virgin Galactic et à Qualcomm pour mener son projet à bien.
mis à jour le 21 janvier 2015 à 09H13
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Internet mondial par satellites : Elon Musk et Google font la course contre Richard Branson et Greg Wyler
Internet mondial par satellites : Elon Musk et Google font la course contre Richard Branson et Greg Wyler © NASA

Mercredi 14 janvier, Greg Wyler, qui travaille depuis une quinzaine d'années sur des projets visant à amener l'Internet aux populations n'y ayant pas accès ("les trois autres milliards"), a annoncé au Wall Street Journal que sa start-up OneWeb a obtenu un financement de la part du groupe Virgin de Richard Branson ainsi que de Qualcomm, spécialiste des télécommunications dont les circuits intégrés équipent une majorité de smartphones.

Greg Wyler avait précédemment fondé O3b Networks en 2007, une entreprise qui avait notamment obtenu un soutien financier de Google, SES et HSBC pour remplir une mission similaire. A l'heure actuelle O3b Networks a mis en orbite 12 satellites (de 700 kg chacun) sur les 16 prévus. Ils évoluent à une altitude de 8000 km. Wyler a quitté l'entreprise en septembre 2014 dernier pour fonder WorldVu, devenue depuis OneWeb.

OneWeb : un projet longuement mûri

OneWeb a pour objectif la création d'une constellation de 648 micro-satellites, pesant environ 130 kg chacun. Orbitant à 1200 km d'altitude, ils offriraient une couverture Internet globale et destinée en priorité aux zones rurales et aux pays émergents, non-desservies par des réseaux DSL ou de fibre optique. Les satellites coûteraient 350 000 dollars pièce à construire selon l'entrepreneur. Ils seraient fabriqués à la chaîne pour réduire les coûts.

Virgin Galactic, dont les projets de tourisme spatial connaissent de sérieuses difficultés, s'occupera de la mise en orbite des satellites. Le groupe Virgin de Richard Branson possède également une branche mobile qui pourrait directement bénéficier de cette technologie. Wyler estime le coût total du projet entre 1,5 et 2 milliards de dollars. Il compte lancer le service en 2018. Plus d'une trentaine d'ingénieurs travaillent au développement des satellites, des antennes et des programmes associés au sein de OneWeb.

Le contre-projet d'Elon Musk

Deux jours plus tard, le 16 janvier, Elon Musk révélait à BusinessWeek l'existence d'un projet rival : une constellation de micro-satellites également consacrée à la diffusion d'Internet. Le projet serait mené par SpaceX seul, dans ses nouveaux locaux de Seattle. 60 personnes travailleront au départ sur ce projet, un nombre qui pourrait atteindre un millier d'ici trois à quatre ans selon le serial entrepreneur américain. Ces employés travailleront également sur d'autres projets, notamment les lanceurs Falcon et les capsules Dragon.

A lire aussi : Nager sur la lune, Hyperloop, colonisation de Mars, l'avenir de Tesla... Elon Musk fait le point sur ses projets fous

Elon Musk avait déjà annoncé en novembre 2014 son intention de lancer une flotte de 700 petits satellites de moins de 115 kg. SpaceX et OneWeb avaient au départ envisagé un partenariat, mais ne sont pas parvenus à trouver un accord. Suite à ce "désaccord fondamental" sur l'architecture du système, Elon Musk a décidé de créer son propre projet, rival de OneWeb. Ces satellites, que l'entreprise fabriquerait elle-même dans une usine qui reste à construire, seraient également situés à 1200 km d'altitude. L'entrepreneur parle désormais d'une flotte de 4000 appareils.

Ce projet, que le fondateur de SpaceX estime "plus sophistiqué" que celui de Greg Wyler, sera en conséquence beaucoup plus coûteux : jusqu'à 10 milliards de dollars, et il nécessiterait un développement de plus de cinq ans. Un financement qu'Elon Musk serait en passe de trouver en partie chez Google, selon le site The Information. Le géant de la recherche serait prêt à investir un milliard de dollars dans SpaceX.

Mise à jour [21/01/2015] : L'information est confirmée, Google et Fidelity ont investi un milliard de dollars dans SpaceX, acquérant 10% de l'entreprise et la valorisant à 10 milliards de dollars.

Une approche innovante

C'est l'orbite terrestre basse (LEO, comprise entre 160 et 2000 km d'altitude) qui différencie ces projets des offres d'accès satellitaires à Internet déjà existantes. Traditionnellement, les satellites de communication sont placés sur une orbite géostationnaire (située à presque 36 000 km d'altitude). Ainsi, ils restent fixes du point de vue d'un observateur au sol. Ce système évite aux antennes terrestres d'avoir à suivre les satellites en permanence.

Les satellites placés en orbite basse se déplacent, eux, très rapidement et il en faut un nombre beaucoup plus élevé pour garantir une couverture efficace et permanente. Mais leur faible altitude présente un avantage : les distances à parcourir entre les satellites et la Terre sont plus courtes, ce qui réduit les temps de latence des signaux transmis. Ceux-ci sont déterminant pour nombre d'applications sur Internet (jeux en ligne, téléphonie, visioconférence, applications cloud...) et sont l'une des principales faiblesses des réseaux géostationnaires existants.

D'après Elon Musk, son service serait plus rapide que la fibre optique pour des transferts sur de longues distances (par exemple de San Francisco à Johannesburg), la lumière se propageant 40% plus vite dans le vide que dans le verre qui compose la fibre optique.

Elon Musk : manque de réalisme ou ambition démesurée ?

Musk décrit son projet comme celui d'un "fournisseur d'accès à Internet global géant" et ouvert à tous. Mais ce n'est pour lui qu'un début. Il compte étendre sa constellation jusqu'à la planète Mars, où il veut construire une ville dans les décennies qui viennent. Son activité de fournisseur global d'accès à Internet permettrait alors de financer cette colonie martienne.

Sans voir aussi loin, Richard Branson doute déjà de la faisabilité du projet de son rival. D'abord parce que OneWeb possède un avantage majeur par rapport à SpaceX : les droits d'exploitation d'une bande de fréquence pour son réseau, obtenu auprès de l'Union Internationale des télécommunications (UIT). Celle-ci est essentielle pour pouvoir exploiter le réseau une fois qu'il sera créé. Mais aussi parce qu'il n'y a pas suffisamment de place en orbite pour deux constellations rivales...

Reste que si SpaceX obtient le soutien de Google, il sera difficile pour les autres d'ignorer cette concurrence. Dernier détail rapporté par The Information : si, lorsque Greg Wyler a quitté O3b Networks, il a conservé les droits d'utilisation de la bande de fréquence, l'entreprise, elle, les aurait perdu. L'investissement de plus d'un milliard de dollars de Google dans la société aurait par conséquent fortement perdu de son utilité... d'où son intéret pour le projet d'Elon Musk. Un projet qui, pour pallier son désavantage sur les bandes de fréquence, pourrait employer des lasers.

Julien Bergounhoux

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale