Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[Interview] Gary Shapiro nous donne les tendances et nouveautés du CES 2020

Entretien A l’occasion du CES Unveiled Paris, événement centré sur les start-up et précédant le salon de Las Vegas, L’Usine Digitale s’est entretenue avec Gary Shapiro, président de la Consumer Technology Association (CTA) qui régit le salon. L’occasion de faire le point sur les tendances de l’édition 2020 et la place du CES dans l’écosystème face aux autres grands salons.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

[Interview] Gary Shapiro nous donne les tendances et nouveautés du CES 2020
[Interview] Gary Shapiro nous donne les tendances et nouveautés du CES 2020 © CES

L'Usine Digitale : Le CES a pas mal évolué ces dernières années, avec notamment une présence de plus en plus forte des acteurs de l’automobile. Quelles sont les nouvelles tendances ?

Gary Shapiro : Le CES reflète l’innovation qui se produit à travers le monde. Les nouvelles tendances sont la nourriture, les voyages et le tourisme. L’année dernière nous avons eu une annonce d’Impossible Foods, et cette année le CEO de Delta Airlines sera l’un de nos principaux speakers. C’est la première fois que nous avons le CEO d’une compagnie aérienne.

 

La catégorie santé grandit aussi, pas seulement les wearables mais les solutions, les médicaments. Même chose pour la mobilité et la smart city, ainsi que pour les technologies liées au sport, traditionnel ou e-sport. Enfin, la thématique du respect de la vie privée est très présente dans les conférences cette année, notamment des discussions autour de la reconnaissance faciale.

 

Le Mobile World Congress (MWC) a des velléités d’expansion via des événements secondaires et une extension de ses thématiques au-delà des télécoms. Est-ce que vous le voyez comme un rival ?

Le MWC est un super événement, mais il reste très focalisé sur la téléphonie et notamment l’infrastructure télécom. Ce n’est pas vraiment quelque chose sur lequel nous nous concentrons. Mais nous avons beaucoup de respect pour nos amis du MWC. Le CES reste le plus grand et le plus influent salon sur l’électronique grand public au monde, même s’il ne grossit pas à l’heure actuelle, car nous sommes limités par la taille des installations à Vegas.

 

Êtes-vous satisfait du développement de la série d’événements CES Unveiled qui ont lieu à travers le monde ?

Oui. C’est la septième année pour la France, la troisième pour Amsterdam. Il y en a aussi en Asie, en Israël, à New York bien sûr... Je les vois comme des hors d'oeuvres pour le CES. C’est une façon de rester en contact avec l’écosystème. C’est là que j’ai rencontré Emmanuel Macron pour la première fois. De manière générale, nous restons focalisés sur les start-up lors du salon, avec plus de 1200 d’entre elles présentes à Las Vegas. L’écosystème français y joue un rôle important : nous avons eu 350 exposants français l’année dernière, dont 299 start-up. C’est le plus grand nombre par pays après les Etats-Unis.

 

La présence française s’annonce encore forte au CES 2020 ?

Tout à fait. La différence avec l’année dernière est qu’il y a des chances que tout soit regroupé sous un seul pavillon national. Il y a un grand esprit entrepreneurial en France, de grands ingénieurs et une forte volonté du gouvernement. Mais il leur faut du capital, et nous sommes heureux d’aider ces jeunes entreprises à se faire connaître.

 

L’édition 2019 du salon a été le théâtre d’une controverse sur les objets liés au bien-être sexuel. Vous avez changé votre politique à ce sujet cette année ?

Oui, nous avons autorisé la sex tech dans la catégorie "health and wellness" pour un essai d’un an. Nous partons du principe que la santé sexuelle fait partie du bien-être. Mais la vraie problématique pour nous est celle de la diversité et de l’inclusion. Nous avons beaucoup de femmes et de personnes issues de minorités dans nos équipes, mais l’audience du salon est plus masculine. Nous avons plusieurs initiatives pour augmenter l’inclusivité du salon, notamment un programme avec 10 millions de dollars de fonds pour les femmes qui fondent une start-up. Nous n’avons pas toutes les réponses, mais nous essayons de nous améliorer en permanence.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale