Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Investissements d'avenir : 880 millions d'euros pour les technologies agricoles et agroalimentaires

La robotique agricole et la foodtech vont bénéficier de plusieurs dispositifs de soutien à la recherche et à l'innovation dans le cadre du 4e Programme d'Investissements d'Avenir (PIA4), en complément des initiatives de France 2030.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Investissements d'avenir : 880 millions d'euros pour les technologies agricoles et agroalimentaires
Investissements d'avenir : 880 millions d'euros pour les technologies agricoles et agroalimentaires © Small Robot Company

Le gouvernement a lancé vendredi deux "stratégies d’accélération" dans les domaines de l'agriculture et de l'agroalimentaire, dans le cadre du 4e Programme d'Investissements d'Avenir (PIA4), lancé en 2021 avec une enveloppe totale de 20 milliards d'euros. D'un montant de près de 880 millions d'euros, ces deux initiatives viennent en complément des 2 milliards d'euros consacrés à l'alimentation dans le plan France 2030.

Deux "stratégies d'accélération"
La première stratégie d'accélération vise à développer des "solutions innovantes au service de la résilience et de la compétitivité du monde agricole", et sera dotée de 428 millions d’euros. La transition écologique est au cœur des objectifs. Numérique, robotique et génétique sont les trois piliers qui doivent y contribuer.

La seconde a pour ambition de "concevoir et déployer les solutions pour une alimentation plus durable et favorable à la santé", et se voit attribuer 449,5 millions d’euros. Elle entend promouvoir l’émergence de leaders technologiques de la foodtech.

Équipements agricoles : priorité à la robotique
Le PIA4 soutiendra notamment la recherche via deux Programmes et équipements prioritaires de recherche (PEPR) dotés de 95 millions d’euros et pilotés par l’INRAe et l’INRIA, consacrés entre autres à l’agro-robotique et au déploiement de ces innovations tout au long de la chaîne alimentaire.

"Le développement des technologies numériques, y compris l’intelligence artificielle, par les startups de l’AgriTech française doit permettre le bon développement d’outils d’aide à la décision et l’optimisation de l’efficacité des équipements, afin de mieux piloter la conduite des exploitations et de réaliser des gains de rentabilité et de performance agro-environnementale (conditions de travail, bien-être animal, gestion de nouvelles cultures, surveillance des sols, ressources utiles en eau, météo, etc.)", indique le programme. Un "Grand Défi Robotique agricole" est prévu pour développer de nouveaux équipements.

Alimentation : digitaliser et automatiser la filière
La stratégie consacrée à l'alimentation a notamment pour but de développer la digitalisation et l’automatisation de la filière, "pour conserver une compétitivité-coût suffisante tout en assurant la transition écologique de l’agriculture", mieux répondre aux besoins d’information des consommateurs, et favoriser la consommation locale.

Feront partie des mesures l'organisation de challenges technologiques sur l’éco-agilité et les emballages, des dispositifs de soutien à l’innovation pour les PME et ETI, la création d'un réseau de démonstrateurs territoriaux, et un accompagnement réglementaire.

Succès foodtech et agritech
Le PIA3, mis en place en 2017, a permis de faire émerger plusieurs start-up prometteuses dans le monde agricole et agroalimentaire, telles que Naïo Technologies, qui commercialise des robots électriques autonomes capables de désherber les cultures ; Ynsect, spécialisée dans les produits alimentaires à base d'insectes ; Carbon Bee, qui développe des technologies de bio-contrôle (détection précoce des maladies utilisant l'intelligence artificielle) ; ou encore NeoFarm, qui conçoit des fermes technologiques clé en main pour produire des légumes bio.

Début septembre, dans le cadre du PIA4, le gouvernement a également lancé l'initiative "French AgriTech", en ouvrant deux appels à projets pour les startups de la FoodTech et de l’AgriTech, dotés de 200 millions d'euros sur cinq ans.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.