Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

ITrust, l'expert toulousain en cybersécurité lève 2 millions d'euros pour accélérer son déploiement commercial

Levée de fonds La start-up ITrust, spécialisée en sécurité informatique, vient de lever 2 millions d’euros pour accélérer la commercialisation d'une solution de cybersécurité dédiée plus spécifiquement aux PME, avec comme ambition est d'accélérer à l'international.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

ITrust, l'expert toulousain en cybersécurité lève 2 millions d'euros pour accélérer son déploiement commercial
ITrust, l'expert toulousain en cybersécurité lève 2 millions d'euros pour accélérer son déploiement commercial © ITrust

Spécialisée dans le développement de solutions de détection de cyberattaques, la start-up ITrust vient de boucler une nouvelle levée de fonds de 2 millions d'euros avec l'entrée à son capital de nouveaux partenaires. Parmi eux, le groupe Scopelec (430 millions d'euros de chiffre d'affaires, 3 800 salariés, 83 implantations en France), basé à Revel (Haute-Garonne) et spécialisé dans l'installation, l’exploitation et la maintenance d’infrastructures de télécommunication publiques et privées, qui s'engage à hauteur de 1 million d'euros au capital de la start-up. "L'entrée de Scopelec se double de la signature d'un partenariat à la fois technologique et commercial pour déployer notre nouvelle offre de Box Sécurité en direction des PME", souligne Jean-Nicolas Piotrowski, PDG et fondateur d’ITrust.

 

Une offre adaptée au marché des PME

Créée en 2007 à Labège, dans l'agglomération toulousaine, ITrust est devenu en quelques années un expert reconnu de la cybersécurité, avec des solutions innovantes de détection des vulnérabilités sur les systèmes et infrastructures informatiques et de détection prédictive de cyberattaques sur la base de repérage de comportements anormaux sur le système d'information, pour anticiper la propagation des attaques. Ses travaux de R&D ont bénéficié dernièrement d'un soutien de plus de 1 million d'euros de la part des deux régions Occitanie et Ile-de-France, avec la création d'un centre de recherche en IA (Intelligence Artificielle) appliquée à la cybersécurité, avec deux antennes, à Labège et à Paris. Son logiciel Reveelium utilise des règles de corrélation et de machine learning qui permettent de détecter des attaques très en amont.

 

Après avoir séduit des grands comptes de l'aéronautique et du milieu bancaire, dont la Caisse d'Epargne, qui a participé à un premier tour de table qui avait déjà permis de lever 2 millions d'euros en 2016, ITrust a reconditionné son offre pour proposer une solution plus spécifiquement adaptée aux besoins des PME. Cette offre est intégrée dans une box, dont la commercialisation est confiée à Scopelec. D'autres fonctionnalités pourraient être agrégées progressivement à cette box, notamment en direction des PME industrielles, avec l'intégration de suivi de capteurs IoT.

 

Une accélération à l'international

Outre ses bureaux de Labège (où est implanté le siège) et de Paris, ITrust a ouvert une filiale à New-York et développe tout un réseau de partenaires en Belgique, en Suisse, au Luxembourg, au Maroc, en Côte-d'Ivoire et au Canada. "Nous serons bientôt représentés en Espagne, au Liban, au Mexique et au Vietnam", précise Jean-Nicolas Piotrowski. L'ambition est d'accélérer à l'international, sur tous les continents.

 

Et la création d'une école d'ingénieurs à Toulouse

Parallèlement, la start-up conforte son ancrage au cœur de l'écosystème toulousain avec la création d'une nouvelle école d'ingénieurs en IA et cybersécurité. Le projet, conduit en partenariat avec l'Esaip, l'école d'ingénieurs en informatique et prévention des risques d'Angers (Maine-et-Loire), est en phase de concrétisation. L'école devrait ouvrir ses portes à Balma, dans l'agglomération toulousaine, en septembre 2019, avec une première promotion de 50 étudiants.

 

ITrust a réalisé un chiffre d'affaires de 3 millions d'euros en 2018 et emploie actuellement une cinquantaine de salariés. Une quinzaine de recrutements sont prévus en 2019, sur des profils de data-scientists et de commerciaux.  

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale