Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Jack Ma, qui n’était pas apparu officiellement depuis octobre, s'exprime dans une vidéo

Vu ailleurs Vidéo Alors que divers médias occidentaux se faisaient écho de la disparition du fondateur d’Alibaba, Jack Ma est réapparu dans une vidéo postée sur un site officiel chinois. L’homme d’affaires chinois, symbole de la réussite économique du pays mais désormais dans le collimateur de Pékin, n’était plus apparu en public depuis le mois d’octobre, après avoir vivement critiqué le système financier de son pays.  
mis à jour le 20 janvier 2021 à 11H43
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Jack Ma, qui n’était pas apparu officiellement depuis octobre, s'exprime dans une vidéo
Jack Ma, qui n’était pas apparu officiellement depuis octobre, s'exprime dans une vidéo

[Mise à jour 20/01/2021] Le géant chinois Alibaba a partagé un enregistrement vidéo de son fondateur, près de trois mois après la dernière apparition publique de celui-ci. Le contenu a été publié pour la première fois sur un portail d’informations officiel de la province de Zhejiang, où Alibaba a son siège social, et il est désormais repris par divers médias chinois. Un porte-parole de l’entreprise chinoise a authentifié l’enregistrement.

Dans cette séquence, qui dure 50 secondes, Jack Ma s’adresse directement à la caméra dans le cadre de la remise d’un prix remis par la fondation éponyme, et baptisé Jack Ma Rural Teachers Award, à une centaine de professeurs des zones rurales. La vidéo le montre également en visite dans un pensionnat de Zhejiang le 10 janvier dernier. A noter que cette déclaration, qui ne concerne que les activités philanthropiques du milliardaire, a entraîné un bon de l’action de plus de 8% à la bourse de Hong Kong.
 


[Article original] Où est donc Jack Ma ? Le milliardaire chinois, créateur du site e-commerce Alibaba, est introuvable, relatent divers médias occidentaux, dont l’agence Reuters. Plus précisément, la dernière apparition publique de l’homme d’affaires chinois, 25e homme le plus riche du monde, date du mois d’octobre 2020. De quoi alimenter les rumeurs dans un pays où la disgrâce auprès des autorités peut avoir des conséquences dramatiques.

Un discours jugé polémique
Né en 1964 à Hangzhou, en Chine orientale (Huadong), Jack Ma a fondé un empire autour du site marchand Alibaba.com, créé en 1999, puis Taobao en 2003 et AliExpress en 2010. Il a présidé Alibaba Group, entré en bourse en 2019, avant de céder sa place à Daniel Zhang pour se consacrer à des activités philanthropiques, entre autres.

Sa dernière apparition a eu lieu le 24 octobre dernier à l’occasion d’un forum à Shanghai où l’homme d’affaires s'est montré critique envers le système de réglementation du pays. Les observateurs jugent que cette prise de parole aurait été peu appréciée par le gouvernement de Pékin, avec deux conséquences directes pour le géant chinois. La suspension de l’introduction en bourse de sa branche fintech, Ant, et l’ouverture fin décembre 2020 d'une enquête pour déceler d’éventuelles pratiques monopolistiques. Les autorités de la concurrence exigent désormais un plan de restructuration.

Les rumeurs ont pris de l’ampleur lorsque le milliardaire, qui devait apparaître en tant que juré dans la finale de l’émission de télévision Africa’s Business Heroes, a été remplacé, selon des informations du Financial Times. Une porte-parole d'Alibaba, citée par Reuters, a indiqué qu’un conflit d’emploi du temps était à l’origine de ce changement mais les internautes se montrent peu convaincus par la version officielle. Le réseau social Twitter, bloqué en Chine, est particulièrement actif sur le sujet. Le dernier tweet de Jack Ma date quant à lui du 10 octobre.
 

 


Des précédents inquiétants
Si les médias occidentaux se montrent aussi inquiets, c’est parce que les autorités chinoises peuvent se montrent impitoyables avec les hommes d’affaires jugés dissidents. Symboles de la réussite du capitalisme chinois, ils doivent néanmoins composer avec la doctrine communiste officielle. Pour montrer leur loyauté, certains grands patrons chinois se sont même fédérés en 2018 pour soutenir les "valeurs centrales du socialisme". Parmi ces 300 acteurs du web, Robin Li (patron de Baidu), Jack Ma et Pony Ma (patron de Tencent), nommés vice-présidents de l’organisme.

Mais d’autres hommes d’affaires auraient fait les frais de l’ire des autorités locales. Le milliardaire et promoteur immobilier Guo Wengui a été accusé de corruption et vit désormais exilé aux Etats-Unis. Ses deux frères sont morts en Chine, apprend-on dans un reportage diffusé sur Arte en 2019, et baptisé "Chine : la disparition de milliardaires".

En 2018, à Bonnieux en France, le milliardaire chinois Wang Jian (groupe HNA) meurt d’une chute en prenant un selfie, dans des circonstances jugées suspectes par certains. En 2015, l’homme d’affaires Mike Poon, principal actionnaire de l'aéroport de Toulouse-Blagnac, disparaît, avant de réapparaître en Chine. Dernière disparition inexpliquée, Hu Kexin, investisseur dans les céréales, et qui, ironie du sort, n’a pas été en mesure de terminer son interview pour la chaîne franco-allemande.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.