Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Jacques-Antoine Granjon, le soldeur visionnaire

Jacques-Antoine Granjon est nominé pour le prix du Boss Digital de l'année. Il a su initier ou réaliser la transformation numérique d'une entreprise. Son travail a eu un impact significatif sur le développement de celle-ci.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Jacques-Antoine Granjon, le soldeur visionnaire
Jacques-Antoine Granjon, le soldeur visionnaire © Pascal Guittet

Le patron et fondateur de vente-privee.com crée sa première entreprise en 1985. À l’époque, le web est encore bien loin. Jacques-Antoine Granjon se lance dans le déstockage des invendus de marques. Ce n’est pas un geek, un homme qui vient du code comme ses amis d’aujourd’hui, Xavier Niel (Iliad) et Marc Simoncini (Meetic, Sensee).

Le Déclic

"En 2000, Carrefour a lancé l'opération '500 téléviseurs à 99 francs et pas un de plus !'. J'ai pensé : lançons des ventes événementielles sur internet, pour que le plus grand nombre profite de nos qualités de négociateurs."
Jacques-Antoine Granjon, PDG et fondateur de Vente-privée

Mais près de trente ans plus tard, le soldeur est devenu comme eux une figure emblématique du numérique français. En 2011, il a co-créé l’École européenne des métiers de l’internet (Eemi) et, l’an passé, il a soutenu 101 projets de jeunes entrepreneurs numériques. Même s’il s’en défend et refuse de réécrire l’histoire, c’est bien en visionnaire de l’e-commerce qu’il a fait passer son activité sur le web en fondant Vente-privee.com, en 2001.

"J’ai su très tôt que l’information ne circulerait plus sur papier, raconte-t-il. Dès le milieu des années 1990, j’ai compris que notre métier touchait à sa fin. Car, de plus en plus, ce n’était plus le produit qui comptait dans la valeur d’une marque, mais l’image créée autour pour susciter le désir d’achat." La plupart de ses 2 100 salariés sont des chefs de produits et des designers web, installés à la Plaine-Saint-Denis, au nord de Paris. D’autres sont photographes et maquilleurs dans la Digital factory, les studios maison qui réalisent de A à Z la promotion audiovisuelle de toutes les ventes du site.

De société de déstockage, l’entreprise s’est transformée en une start-up géante. Jacques-Antoine Granjon la dirige avec des convictions : celle que la mixité est un atout, avec 53 % des employés et 60 % des top managers qui sont des femmes, et l’idée qu’il est possible de développer un géant du numérique depuis le cœur de la Seine-Saint-Denis.

Désormais, il se revendique "pure player du numérique" et se remet en question en permanence. Histoire de garder un temps d’avance sur les nombreux concurrents qui se sont inspirés de son modèle. Selon lui, vente-privee.com n’est plus seulement un acteur de l’e-commerce, mais "un média, puissant et prescripteur". Avec une audience de 22 millions de membres et de 3,5 millions de visiteurs uniques quotidiens sur le site. Jacques-Antoine Granjon a poussé l’idée dans ses derniers retranchements en achetant deux théâtres parisiens et en montant un festival de musique acoustique cet été. Un moyen de se rapprocher de son rêve de toujours : devenir chanteur.

Emmanuelle Delsol

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale