Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Jean-Marc Ayrault muscle l’agence de cybersécurité française

Le premier ministre a inauguré le nouveau centre de cyberdéfense de l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information (ANSSI). Il veut porter ses effectifs de 350 à 500 agents d’ici 2015.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Jean-Marc Ayrault muscle l’agence de cybersécurité française
Jean-Marc Ayrault muscle l’agence de cybersécurité française © Franck Perry - AFP

L’ANSSI a perdu son directeur général - Patrick Pailloux prendra le premier mars prochain ses nouvelles fonctions de directeur technique à la DGSE (direction générale la de la sécurité extérieure) - mais gagne des nouveaux locaux. Les 50 agents du centre de cyberdéfense, véritables pompiers du réseau Internet, viennent de s’installer dans leurs nouveaux bureaux, Tour Mercure, dans le 15eme arrondissement à Paris.

Cette inauguration était une occasion rêvée pour le Premier ministre Jean-Marc Ayrault de rappeler les enjeux liés à la cybersécurité. "Cet enjeu est commun à tous les ministères et à tous les secteurs concernés (…) Nul n’est plus à l’abri, que ce soit les entreprises, les centres de recherche ou les administrations. Depuis 2010, c’est plus d’une centaine d’attaques de grande ampleur que l’ANSSI a été amenée à traiter. Bien des fois, les attaquants avaient pris le contrôle total du système d’information visé", a-t-il rappelé.

Priorité nationale

L’ANSSI est le bras armé de Matignon en matière de cybersécurité, érigée désormais en priorité nationale juste derrière la lutte contre le terrorisme. En termes d’effectifs, l’agence va rattraper son retard sur ses homologues allemande et britannique. Elle compte aujourd’hui 350 collaborateurs contre une centaine en 2009. "Cet effort sera poursuivi. L’ANSSI comptera 500 agents à l’horizon 2015", a précisé le Premier ministre. Une centaine d’agents devraient être recrutés cette année. L’agence dispose d’un budget de 80 millions d’euros dont 30 millions pour la masse salariale.

Ces nouvelles recrues sont les bienvenues pour assurer sa prochaine et délicate mission : s’assurer que les entreprises critiques du pays opérant sur les secteurs clé (énergie, transports, banque, télécommunications, santé…), les quelques 200 OVI (opérateurs d’infrastructures critiques) seront bien protégées. Pour cela, l’ANSSI s’est vu confier de nouveaux pouvoirs par la loi de programmation militaire adoptée en fin d’année dernière, lui permettant dans les cas de crise majeure, de prendre la main sur le réseau de l’entreprise attaquée.  

Hassan Meddah

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale