Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Joby Aviation décroche l'autorisation de commercialiser un service de taxis volants

Joby Aviation, qui développe un aéronef électrique à décollage et atterrissage verticaux (eVTOL), obtient l'autorisation de déployer un service commercial aux Etats-Unis. La start-up sécurise ainsi l'une des trois autorisations nécessaires pour proposer le service de transport qu'elle souhaite mettre en œuvre.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Joby Aviation décroche l'autorisation de commercialiser un service de taxis volants
Joby Aviation décroche l'autorisation de commercialiser un service de taxis volants © Jovy Aviation

Joby Aviation, qui développe un aéronef électrique à décollage et atterrissage verticaux (eVTOL), reçoit l'autorisation de déployer un service commercial. La start-up a annoncé le 26 mai 2022 avoir décroché cette autorisation (Part 135) auprès de la Federal Aviation Administration (FAA). Mais ce certificat n'est que l'une des trois autorisations nécessaires devant être obtenues auprès de la FAA. Il est également nécessaire d'obtenir un certificat Type (Type Certificate) et un certificat de Production (Production Certificate).
 

Un premier service en 2024 ?

"Le processus en cinq étapes comprenait la soumission de plus de 850 pages de manuels pour approbation et exigeait que des tests initiaux menés par Joby démontrent sa maîtrise des procédures et des formations sous le regard de la FAA", écrit la start-up. Joby Aviation a même subit un crash lors de l'expérimentation d'un aéronef expérimental. Le prototype de taxi volant était piloté à distance et l'accident n'a fait aucun blessé.

"Au cours des prochains mois, nous utiliserons notre certificat Part 135 pour réaliser les opérations et peaufiner les plateformes technologiques clientes qui sous-tendront notre service de transport multimodal, tout en affinant nos procédures pour assurer des trajets fluides à nos clients", explique Bonny Simi, Head of Air Operations and People chez Joby. Joby Aviation planche sur un eVTOL doté de cinq places, d'une autonomie de 241 kilomètres et pouvant s'élancer à une vitesse de pointe de 321 km/h. Avant de proposer un service de taxi volant, que la start-up espère déployer en 2024, Joby prévoit d'utiliser des avions conventionnels pour peaufiner ses systèmes et ses procédures

Forte concurrence

Afin de l'aider dans ses développements, Joby s'est récemment emparée d'Avionys, une entreprise spécialisée dans le développement logiciel et les solutions de vérification dans l'aéronautique. Une acquisition réalisée afin de renforcer ses équipes et ses compétences en vue de ses demandes de certification. La vérification des logiciels est un élément essentiel des programmes de certification qui nécessite que les ingénieurs examinent, analysent et testent les logiciels déployés dans l'avion conformément aux réglementations et aux normes de la FAA.

Joby, qui a racheté Uber Elevate, la division de l'entreprise de VTC dédiée aux moyens de mobilité aériens, a séduit Toyota. La start-up a aussi noué un partenariat avec SK Telekom afin de déployer ses taxis volants en Corée du Sud, et la compagnie aérienne Ana pour tester son produit au Japon. Mais, Joby semble vouloir déployer son premier service aux Etats-Unis. Elle est loin d'être la seule start-up à vouloir déployer des taxis volants. Volocoper, EHang ou encore Lilium développent leurs propres appareils.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.