Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

JPMorgan s'empare des conseillers virtuels en investissement de Nutmeg

JPMorgan Chase s'empare de la fintech britannique Nutmeg, qui développe des chatbots spécialisés dans le conseil pour l'épargne en ligne et la gestion de fortune. Une acquisition qui va aider au lancement de Chase, en tant que banque en ligne, au Royaume-Uni.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

JPMorgan s'empare des conseillers virtuels en investissement de Nutmeg
JPMorgan s'empare des conseillers virtuels en investissement de Nutmeg © Flickr / Solvency Ii Wire

JPMorgan Chase s'empare de la fintech britannique Nutmeg, qui développe des robots conseillers pour l'épargne en ligne. L'acquisition, dont le montant n'a pas été précisé, a été confirmée jeudi 17 juin 2021.

Un partenariat avant l'acquisition
La start-up fondée en 2012 est spécialisée dans le conseil en investissement automatisé et la gestion de fortune. Elle revendique une base client de 140 000 investisseurs et plus de 3,5 milliards de livres d'actifs sous gestion. Ses concurrents sont Moneyfarm, Wealthsimple, Scalable capital ou encore Moneybox. Nutmeg assure que ses clients vont continuer à profiter de ses produits et services.

Nutmeg va devenir une partie intégrante de l'offre internationale de JPMorgan Chase et contribuer au lancement de Chase, en tant que banque en ligne, au Royaume-Uni. Un lancement prévu pour le courant de l'année. "Nous construisons Chase au Royaume-Uni à partir de zéro en utilisant les toutes dernières technologies et en plaçant l'expérience client au cœur de notre offre, des principes que nous partageons avec Nutmeg", explique Sanoke Viswanathan, CEO of International Consumer chez JPMorgan Chase, dans un communiqué.

JPMorgan Chase suit les pas de son concurrent Morgan Stanley qui a dépensé 20 milliards de dollars pour s'emparer d'E-Trade et Eaton Vance. L'acquisition de Nutmeg intervient quelques mois après la conclusion d'un partenariat avec JPMorgan, comme le rappelle CNBC. Un procédé qui semble désormais habituel pour la banque puisqu'elle avait fait de même avant d'acquérir 55ip, une start-up qui aide les conseillers financiers à automatiser la construction de portefeuilles fiscalement avantageux.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.