Kalray lève 24,4 millions d'euros pour sa prochaine génération de processeurs

Lle français Kalray, spécialiste des processeurs pour le calcul haute performance, lève 24,4 millions d'euros pour poursuivre le développement de sa prochaine génération de puces.

Partager
Kalray lève 24,4 millions d'euros pour sa prochaine génération de processeurs

Levée réussie pour la Kalray. Cette pépite française qui développe des puces pour l'intelligence artificielle a annoncé le 2 décembre 2022 être parvenu à lever 24,4 millions d'euros dont 21,7 millions auprès d'investisseurs qualifiés et 2,7 millions via la plateforme PrimaryBid. Cinq investisseurs que sont Calao Finance, un entrepreneur français, le fonds Definvest (Bpifrance), Sunny Asset Management et Financière Arbevel s'étaient engagés préalablement au lancement de la levée de fonds sur les marchés.

Une nouvelle génération de processeurs

La pépite française fondée en 2008 développe un nouveau type de processeur pour le traitement massivement parallèle, adapté au traitement à la volée de grands flots de données pour des prises de décision critiques en temps réel. Les processeurs de Kalray sont utiles pour le traitement des données au niveau du cloud et du edge. Au-delà de son processeur DPU (Data Processing Unit), qui permet de gérer des charges de travail massives et multiples, Kalray propose des cartes d'accélération, des solutions logicielles de stockage et de gestion des données. Elle assure que son offre permet d'améliorer l'efficacité des data centers.

"Le très large succès de cette levée de fonds va nous permettre de continuer notre croissance pour devenir un leader mondial, en particulier en procédant à de nouveaux recrutements et en investissant sur notre prochaine génération de processeurs", a commenté Eric Baissus, Président du directoire de Kalray, dans un communiqué. Le Français souhaite renforcer ses effectifs sur des postes dans les équipes ventes, supports à la vente et direction. Mais 80% de cette levée de fonds va servir à la poursuite des investissements sur sa prochaine génération de processeurs dont la production est prévue à horizon 2025.

En début d'année, Kalray s'est lancé dans l'acquisition du britannique Arcapix afin de se renforcer dans le stockage et le traitement intelligent des données. Elle n'est pas la seule start-up française à vouloir percer dans le secteur des semi-conducteurs. Aniah édite un logiciel de détection d'erreurs des règles électriques sur les semi-conducteurs et Hummink a mis au point une imprimante 3D pour concevoir des semi-conducteurs. En toile de fond ? Un investissement massif de l'Union européenne et des Etats membres pour relocaliser la production de ces composants essentiels à bon nombre d'industrie sur le territoire européen.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS