Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Keolabs s'offre un nouveau site à Salon-de-Provence

A l'étroit dans les locaux qu'elle louait, la PMI Keolabs a investi 1,2 million d'euros dans un bâtiment où elle réunit ses activités de test et validation de solutions cartes à puces et NFC.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Keolabs s'offre un nouveau site à Salon-de-Provence
Keolabs s'offre un nouveau site à Salon-de-Provence © JC Barla

Issue en 2012 de la fusion entre Raisonance (Montbonnot, Isère) et Soliatis (Salon-de-Provence, Bouches-du-Rhône), Keolabs grandit encore. En 2014, la PMI a doublé la superficie de son unité iséroise (700 m2 aujourd'hui) où elle produit des matériels de tests pour microcontrôleurs. Et juste avant les fêtes de 2015, elle s'est repositionnée à Salon-de-Provence dans un bâtiment de 520 m2 pour y développer ses plates-formes, ses solutions logicielles et ses services de test et validation de cartes à puces et objets intelligents NFC (paiement, identité, transport, etc...). Auparavant, elle louait 250 m2.

 

2000 M2 pour se développer

Implantée sur un terrain de 2 000 m2 où elle se réserve des possibilités d'extension, la PME a investi 1,2 million d'euros entre foncier et immobilier. Sur un effectif total d'une quarantaine de collaborateurs, près de la moitié y est installée. "Nous disposons d'espace pour accueillir à l'avenir de nouveaux collaborateurs et équipements. En 2015, nous avons progressé de 10% pour atteindre 3,9 millions d'euros de chiffre d'affaires", explique le président, Michael Leplatois.

 

Aboutissement d'un projet RD du pôle SCS

Comptant pour références NXP, ST, Gemalto, Motorola, Samsung, LG, Oberthur..., Keolabs réalise 50% de son activité à l'export (Europe, Asie...). Si son dirigeant admet couvrir un "marché de niche", il va approcher en 2016 un secteur à plus gros volume avec une innovation tout récemment mise au point dans le cadre d'un projet de R&D conduit en chef de file avec ST et Gemalto, côté industriels et l'ISEN (Toulon) et le LIG (Grenoble), côté académiques. Financé à hauteur de 1,4 million d'euros par le FUI et les collectivités locales pour une dépense totale de 3,9 millions d'euros et colabellisé par les pôles Solutions Communicantes Sécurisées et Minalogic, "IoTize" vise à relier, par l'ajout d'un module NFC, n'importe quel système embarqué à un smartphone.

 

LANCEMENT DE IOTIZE en Février

Le module se connecte au port de debug de l'appareil électronique et permet, sans installation complémentaire matérielle ou logicielle, d'en lire les caractéristiques ou de les modifier depuis son téléphone, grâce à un procédé breveté par Keolabs. "La technologie est non-intrusive et pleinement sécurisée. Outre le NFC, nous proposons également une connectivité en Bluetooth et en Wi-Fi. Nous espérons engranger les premières ventes dès cette année", indique Michael Leplatois, en quête de partenaires pour fabriquer ces modules en volume. IoTize sera présentée sur le salon international "EmbeddedWorld 2016" du 23 au 25 février à Nuremberg (Allemagne). 2016 verra par ailleurs le lancement d'une nouvelle gamme de plates-formes de test de cartes à puce et terminaux pour succéder à son offre "ProxiLAB". 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale