Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

"Kill Mittal", le conflit social dont vous êtes le héros

Dans le jeu vidéo en ligne "Kill Mittal", développé par un game designer lorrain, le joueur incarne un sidérurgiste tentant d’empêcher la fermeture de son usine.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Kill Mittal, le conflit social dont vous êtes le héros
"Kill Mittal", le conflit social dont vous êtes le héros © alonerone

Pour la première fois, un conflit social est le sujet d’un jeu vidéo en ligne. "Kill Mittal" propose d’incarner un sidérurgiste d'ArcelorMittal en lutte pour la sauvegarde de son usine. S’emparant de tout ce qui lui passe par la main – barils, poutres, voitures - le héros doit recruter d’autres ouvriers pour repousser les assauts des forces de l’ordre, des terres lorraines aux plateaux de télévision en passant par le parvis de l’Elysée. Un parcours semé d’embûches jusqu’au "boss" final, un Lakshmi Mittal représenté par un robot en costume.

Projet militant

On doit ce jeu basique mais addictif (jouable au clavier et à la souris, avec ou sans téléchargement) à un jeune Lorrain autodidacte, Alexandre Grilletta dit "alonerone", dont c’est la première création. Il assume la dimension militante du projet. "La plupart des jeux à l'heure actuelle renvoient à des valeurs de conquête, que ce soient les jeux de guerre ou de gestion de villes. Ils valorisent l'expansion et le fait de gérer du capital" commente-t-il. "J’ai voulu représenter des héros du quotidien".

Même si le système de jeu repose sur l’affrontement entre les ouvriers et des ennemis variés, le game designer dément faire l’apologie de la violence. "Le jeu adopte volontairement un style un peu "dessin animé", il n'y a aucune goutte de sang. Quand on jette des objets sur les policiers ils se protègent toujours, on ne les voit jamais subir de dégât... On est loin d'un jeu de torture et de séquestration".
"Kill Mittal" tient davantage du défouloir que du "newsgame" profond mais démontre que les conflits sociaux commencent à investir de nouveaux terrains : ceux du numérique et des réseaux sociaux.

Sylvain Arnulf

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media