Kitty Hawk, le projet de taxi volant financé par Larry Page, cesse ses activités

Kitty Hawk, la très secrète start-up financée par le cofondateur de Google Larry Page qui développe un taxi volant, va cesser d'exister. Les raisons motivant cette décision ne sont pas précisées.

Partager
Kitty Hawk, le projet de taxi volant financé par Larry Page, cesse ses activités

Kitty Hawk, l'entreprise du cofondateur de Google Larry Page qui travaille au développement d'un taxi volant, ferme ses portes. La start-up a sobrement annoncé le 21 septembre 2022 sur les réseaux sociaux : "Nous avons pris la décision de mettre fin à Kitty Hawk." Elle a ajouté travailler sur les détails pour la suite.

Un projet arrêté en 2020

La start-up a été fondée en 2010 par Sebastien Thrun, qui a longtemps travaillé sur le projet de véhicule autonome de Google, et Larry Page. Ce dernier finançait très largement la start-up pour développer des "voitures volantes". Au printemps 2020, Kitty Hawk a annoncé abandonner son projet de moto volante Flyer et a licencié la majorité des équipes travaillant sur ce projet. La start-up déclare alors vouloir se concentrer sur son avion électrique silencieux Heaviside. Cet aéronef à décollage et atterrissage verticaux (eVTOL) doit répondre à des besoins de mobilité sur de courte et moyenne distance.

En parallèle la très secrète Kitty Hawk a fondé une coentreprise avec Boeing en 2019. Baptisée Wisk, elle développe un aéronef autonome à décollage et atterrissage verticaux répondant au nom de Cora et sur lequel ses équipes travaillent depuis 2010. Le taxi volant, qui peut accueillir deux passagers, vol à environ 450 m au-dessus du sol. Il dispose d'une autonomie d'une quarantaine de kilomètres et peut circuler à 160 km/h.

Dans l'annonce de sa cession d'activité, Kitty Hawk ne précise rien sur le projet mené par Wisk. Mais il ne semble pas que celui-ci soit affecté, comme le rapporte CNBC, qui a parlé à un porte-parole de Boeing. "La décision de Kitty Hawk de cesser ses activités ne change rien à l'engagement de Boeing envers Wisk. […] Nous ne nous attendons pas à ce que l'annonce de Kitty Hawk affecte les opérations de Wisk ou d'autres activités de quelque manière que ce soit", a déclaré le porte-parole.

Des raisons économiques ?

Dans son message, Kitty Hawk ne détaille pas les raisons de sa cessation d'activité. Mais à l'époque de l'abandon du projet de moto volante, des raisons économiques étaient évoquées par les responsables comme l'impossibilité de trouver un business model permettant au projet d'être rentable. Il est possible que ce soit ce même type de raisons qui poussent aujourd'hui Kitty Hawk à fermer ses portes.

L'éventualité de mettre au point un taxi volant en fait rêver plus d'un. Nombreuses sont les start-up à s'être lancées dans ce défi comme Lilium, Volocopter, Joby Aviation ou encore Ehang. La concurrence est acharnée et les développements sont très coûteux pour un résultat très incertain. Il est probable que d'autres start-up soient amenées à cesser leur activité si elles ne parviennent à financer leurs recherches.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS